Montauban: Vers une mise en examen de la maire, Brigitte Barèges

JUSTICE Le parquet de Toulouse a requis sa mise en examen pour "détournement de fonds publics" dans le cadre du financement d’un emploi présumé fictif à la mairie de Montauban…

B.C.

— 

Brigitte Bareges depute maire de Montauban UMP. Candidature a l'election regionale 2010.
Brigitte Bareges depute maire de Montauban UMP. Candidature a l'election regionale 2010. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Après deux jours de garde à vue, Brigitte Barèges, la maire de Montauban (Les Républicains), est présentée ce mercredi après-midi aux juges d’instruction dans le cadre d’une affaire de financement présumé d’un emploi fictif de chargé de communication au sein de sa collectivité.

Trois ex-collaborateurs présentés aux juges d’instruction

Le procureur de la République de Toulouse, Pierre-Yves Couilleau, a indiqué qu’il a demandé sa mise en examen pour « détournement de fonds publics par personne dépositaire de l’autorité publique ou investie d’une mission de service public » et son placement sous contrôle judiciaire.

Le paquet a aussi requis la mise en examen de trois de ses anciens collaborateurs : Jean-Paul Fourment, son ancien chargé de communication et ex-directeur de campagne pour les municipales de 2014, et le directeur du Petit Journal, Alain Paga, pour « recel de fonds publics détournés ». Stéphane Bensmaine, son ancien directeur de cabinet, est présenté aux juges pour « complicité de détournement de fonds publics ».

Rejet des comptes de campagne

Durant les mois ayant précédé la réélection de Brigitte Barèges à Montauban, Jean-Paul Fourment, aurait été payé par la mairie pour écrire dans le Petit Journal des articles lui étant favorables.

Des accusations de malversation que l’ancienne députée de la 1re circonscription du Tarn-et-Garonne a toujours récusées.

En octobre 2014, Brigitte Barèges avait déjà été condamnée à un an d’inéligibilité par le tribunal administratif de Toulouse pour avoir financé la publication d’encarts publi-rédactionnels dans le même média.

Montauban : Finalement, Brigitte Barèges conserve son fauteuil de maire

Un jugement revu par le Conseil d’Etat le 6 mai dernier. La plus haute juridiction a rejeté ses comptes de campagne des municipales 2014 mais n’a pas annulé son élection.