VIDEO. Pyrénées: Premières vidéos des ours après leur sortie de tanière

BIODIVERSITE Les partisans du plantigrade s’attendent à observer de nouvelles boules de poils cet été…

Beatrice Colin

— 

Capture d'écran chaine You Tube Adet-Pays de l'Ours.
Capture d'écran chaine You Tube Adet-Pays de l'Ours. — ONCFS-equipe ours

Et vas-y que je me gratte le dos contre un arbre, que je renifle l’écorce. Les ours des Pyrénées sont de sortie. L’office national de la chasse et la faune sauvage, en charge du suivi de l’ours brun, a dévoilé les premières images de l’année des plantigrades présents sur le massif.

Sur ces images, prises grâce à une caméra équipée d’un détecteur de mouvements, on y voit de jeunes ours se promener au mois de mai dans les forêts de Melles, au sud de la Haute-Garonne.

« C’est intéressant de voir que les vidéos concernent de jeunes adultes. Sur les photos ce sont deux mâles que l’on aperçoit, Néré et Canellito. Les femelles sont discrètes pour l’instant, c’est plutôt bon signe, c’est ce qu’elles font quand elles viennent d’avoir des petits », relève Alain Reynes de l’association Adet-Pays de l’Ours.

Trois portées d’oursons espérées

L’an dernier, six oursons issus de trois portées avaient été repérés après la période d’hibernation. Des arrivées naturelles qui avaient permis à la population officielle de passer de 25 plantigrades en 2013 à 31 en 2014.

Pyrénées : Le nombre d’ours fait un bond

« Nous avons cinq à six femelles susceptibles d’avoir des portées cette année. Si nous avons trois de deux oursons, ce sera bien », poursuit Alain Reynes qui compte pour l’instant sur la reproduction des ours entre eux, à défaut d’avoir une volonté de réintroduction de nouveaux spécimens de la part du gouvernement et de sa ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal.

Une position que ces partisans du plantigrade ont d’ailleurs décidé d’attaquer l’Etat devant le tribunal administratif de Toulouse pour « manquement à son obligation de protection de l’ours brun dans les Pyrénées ».

Pyrénées : Les pros-ours trouvent que Ségolène Royal manque de « bravitude », ils attaquent en justice