Toulouse: Pour Dominique Arribagé, le TFC «a sa place parmi les dix premiers de Ligue 1»

Nicolas Stival
— 
L'entraîneur du TFC Dominique Arribagé lors du match de Ligue 1 entre Toulouse et Nice, le 23 mai 2015 au Stadium de Toulouse.
L'entraîneur du TFC Dominique Arribagé lors du match de Ligue 1 entre Toulouse et Nice, le 23 mai 2015 au Stadium de Toulouse. — F. Lancelot / Sipa

La saison de Ligue 1 s’est terminée samedi et le TFC de Dominique Arribagé a assuré l’essentiel : le maintien. Grand artisan de ce sauvetage, l’entraîneur toulousain, en place depuis le 16 mars, est l’invité de l’émission « Carré VIP », ce jeudi sur TLT, en partenariat avec 20 Minutes. Parmi les nombreux thèmes abordés, Arribagé a fait le point sur l’immense chantier qui s’ouvre pour le récent dix-septième de L1.

Objectif Top 10

En attendant de connaître la configuration du TFC 2015-2016, il est difficile de tirer des plans sur la comète. « Avec Alain Casanova, Toulouse a été longtemps dans la première moitié du championnat, observe toutefois le technicien toulousain. L’équipe a sa place parmi les dix premiers. Après, si on peut faire un petit peu mieux… »

Cependant, les rêves d’Arribagé restent raisonnables, alors que le budget du TFC sera en baisse (environ 30 millions d’euros). « Parler d’Europe serait délirant. Les supporters aimeraient avoir un club qui ait cette ambition, mais il y a tellement de différence sur le plan économique avec des clubs comme Paris, Monaco, Lyon ou Marseille. Ceci dit, il y a quelquefois des miracles. »

Un groupe à resserrer

Non, ce n’est pas une histoire de vestiaires trop exigus. Simplement des questions sportives et économiques. « Nous avons aujourd’hui quasiment une trentaine de pros dans l’effectif, c’est trop, tranche Arribagé. Si on est 25 ou 26 y compris avec les jeunes, ce ne sera pas mal. »

Le TFC ne s’opposera pas aux départs de joueurs pas ou peu utilisés (Boucher, Grigore, Veskovac, Roman…) « Je comprends ceux qui ne jouent jamais, observe l’entraîneur toulousain, sans citer de noms. Je trouve ça tout à fait légitime qu’ils nous sollicitent pour changer d’air. »

Combien de recrues ?

« Après une saison ratée, il est nécessaire psychologiquement d’apporter du sang neuf pour repartir du bon pied », note Arribagé qui estime ses besoins à « quatre, cinq recrues », même si les arrivées dépendront forcément des départs.

TFC : « Nos faiblesses sont énormes, sinon nous n’en serions pas là », avoue le président Sadran

« Le centre de formation doit être un socle, avec des jeunes de qualité qui évoluent pour certains en équipe de France, remarque le technicien. Mais il faut aussi des recrues, pour construire quelque chose de solide et d’ambitieux. »

Quels secteurs renforcer ?

« Si on veut changer de système, il faut un joueur excentré que nous n’avons pas aujourd’hui, note l’entraîneur toulousain. Est-ce qu’il faudra un milieu de plus ? On essaiera de le faire. Un défenseur central ? Peut-être. On va aussi manquer d’un latéral droit avec le départ de Tisserand (Monaco, retour de prêt). Est-ce que ça va bouger au niveau des gardiens ? Sûrement qu’il faudra en prendre un aussi. »

Satisfait de Ben Yedder et de son attaque

Si la défense toulousaine, avant-dernière de L1 avec 64 buts encaissés, a souvent sombré et sera remaniée, Arribagé couvre d’éloges son attaque, la douzième du championnat avec 43 réalisations. « Je suis très content de mon secteur offensif, avec Pesic, Ben Yedder, Braithwaite, Trejo et Regattin, assure-t-il. Cela fait cinq joueurs pour trois places. Si j’ai les cinq, c’est bon. »

Toulouse : Et si le possible départ de Wissam Ben Yedder du TFC devenait le feuilleton de l’été ?

Quid de Ben Yedder, qui se verrait bien changer d’air ? « Wissam est sous contrat (jusqu’en 2017). Après, s’il y a une belle offre, le président (Sadran) prendra ses dispositions. C’est le marché du foot. » Le mercato ouvrira le 9 juin pour se refermer le 31 août à minuit. Le TFC reprendra l’entraînement le 29 juin.