Toulouse: Aux Pradettes, la police est là pour longtemps

SECURITE Désormais, les autorités mènent des opérations ciblées dans les quartiers, alliant interventions musclées et appui social aux habitants…  

Helene Menal

— 

CRS et policiers sont déployés aux Pradettes depuis le lundi 18 mai. Ils vont y rester entre trois et cinq semaines.
CRS et policiers sont déployés aux Pradettes depuis le lundi 18 mai. Ils vont y rester entre trois et cinq semaines. — H. Menal - 20Minutes

Mardi au petit matin, trois hommes ont été interpellés dans le quartier des Pradettes. Toujours en garde à vue, ils sont soupçonnés d’être impliqués dans le violent et spectaculaire braquage qui a eu lieu le 14 novembre 2014 au Salon des Antiquaires.

Mais ce coup de filet, et les vastes fouilles qui ont suivi, n’étaient pas un « one shot ». Les Pradettes sont désormais, pour « trois à cinq semaines » la cible d’une « approche partenariale coordonnée » (APC), une nouvelle méthode détaillée mercredi sur place par Pascal Mailhos, le préfet, et Pierre-Yves Couilleau, le procureur de la République.

Les APC se déroulent en cinq phases. La première est répressive et déborde largement le cadre du dossier « déclencheur ». Par exemple, les services d’hygiène et l’inspection du travail ont contrôlé les commerces du secteur. Dans la phase « dissuasive », une soixantaine de policiers et CRS vont assurer « une présence massive » pour « dissuader les trafics et rassurer la population ».

Repérage des décrocheurs

L’originalité du dispositif tient dans les trois phases suivantes qui concernent « l’amélioration du cadre de vie » et l’accompagnement social des habitants. Associations, mairie, bailleurs sociaux, tout un tas d’acteurs seront mis à contribution pour enlever les voitures-ventouses servant de repaires aux trafiquants ou repeindre une cage d’immeuble enfin accessible. « L’idée est aussi de repérer les familles en difficultés, par exemple dont les enfants sont en décrochage scolaire, pour apporter un appui durable », indique Florence Vilmus, la sous-préfet chargée de la politique de la Ville.

Trafiquants à l’ombre et voitures en fourrière

Bellefontaine a fait l’objet d’une APC du 10 au 27 mars. La Cité Caffort, plaque tournante de la drogue, a pris le relais du 24 mars au 18 mai. Onze trafiquants y ont été mis à l’ombre et, entre autres, 35 voitures ont ausi été mises en fourrière. Les Pradettes ne sont qu’au début du processus.

Coup de filet à la Cité Caffort

« Le message envoyé aux habitants est bon, il va les tranquilliser », juge Daniel Geevers, un membre du Collectif des associations du quartier. Mais il reste circonspect car, pour lui, une approche vraiment globale devrait aussi tenir compte « de l’absence criante d’équipements collectifs dans un quartier délaissé depuis une décennie et passer par la maîtrise d’un taux de logements sociaux qui explose »…