Toulouse: Les loyers restent stables dans l'agglomération

IMMOBILIER L’Observatoire local des loyers de l’agglomération toulousaine a passé au crible 14.000 références de loyers du parc privé sur les 145.000 que compte la Métropole…

Julie Rimbert

— 

Les loyers les plus accessibles concernent les immeubles des années 1960-70.
Les loyers les plus accessibles concernent les immeubles des années 1960-70. — Alexandre GELEBART/20MINUTES

Environ 550 euros pour un logement de 51 à 60m2. C’est le loyer médian payé par les locataires du parc privé à Toulouse, selon l’Observatoire local des loyers de l’agglomération toulousaine. Cet outil d’information lancé en 2013 permet d’avoir un baromètre fiable des loyers dans les logements privés, qui concerne près d’un tiers des ménages de l’agglomération toulousaine.

Près de 14.000 références recensées

Les méthodes de collecte de ces données sont définies au niveau national par un comité scientifique indépendant. Ainsi 14.000 références de loyers privés ont été recensées sur huit secteurs de l’agglomération en 2014. Grâce à cet inventaire non exhaustif, les professionnels du secteur et les particuliers peuvent avoir une idée du loyer d’un logement, selon le secteur. « En 2014, le loyer moyen s’élève à 10.3 euros/m2 sur Toulouse et 9.1 euros en périphérie, explique Lucile Laurin, responsable du pôle habitat et politique à l’agence d’urbanisme et d’aménagement de Toulouse. A l’exception du centre-ville et de quartiers très cotés, ce montant varie peu, de 535 à 589 euros. Les loyers les plus accessibles, notamment pour les familles, se trouvent dans les appartements des années 1960-1970 ».

Un outil d’évaluation fiable

Avec cette moyenne des loyers, Toulouse se place ainsi à la huitième ou neuvième place des villes de France, derrière Nice, Lille ou Lyon. Selon les professionnels du secteur, cette stabilité des loyers tient à l’importance des constructions neuves ces dernières années. « Les promoteurs et les investisseurs ont beaucoup construit ce qui a limité la hausse des loyers, confie Patrick Saint-Agne, président de la fédération des promoteurs immobiliers de Midi-Pyrénées. L’Observatoire local des loyers est un bon outil qui permet aux propriétaires d’évaluer si leur loyer est correct par rapport au marché. Et pour un particulier qui voudrait acheter à Toulouse sans connaître la ville, cela lui donne une idée des loyers selon les quartiers ».

L’Observatoire local des loyers de l’agglomération toulousaine doit lancer un site Internet en septembre, consultable pour les particuliers et les professionnels.