Ariège: 25 ans de prison pour avoir tué la mère de son ancienne petite amie

JUSTICE Le jeune homme, âgé aujourd’hui de 20 ans, avait aussi tenté de tuer le frère de son ex-copine…

N.S. avec AFP

— 

Carte de localisation de La Bastide-sur-l'Hers, en Ariège.
Carte de localisation de La Bastide-sur-l'Hers, en Ariège. — Google

Agé aujourd’hui de 20 ans, un jeune Ariégeois a été condamné mercredi à 25 ans de réclusion pour le meurtre à coups de couteau de la mère de son ex-petite amie, en 2013. En revanche, la cour d’assises de Foix n’a pas reconnu la préméditation, comme demandé par l’avocat général, qui réclamait une peine de 30 ans.

Dylan Not a aussi été reconnu coupable de tentative de meurtre à l’encontre d’Anthony, le frère de Tracy, son ancienne petite copine, âgée de 16 ans au moment des faits.

Ariège : L’ex-petit ami de la fille de la victime avoue le crime

Le 2 janvier 2013, Dylan Not avait pénétré dans la maison de Tracy à La Bastide-sur-l’Hers, un village ariégeois, et avait mortellement poignardé la mère, Patricia Belaud (46 ans), avant de porter des coups au frère.

Les résultats médico-légaux avaient montré que la mère et le fils avaient reçu six à sept coups de couteau très violents dans la région du cou. Ils ont en outre reçu l’un et l’autre de multiples coups de poing et de pied.

« Dylan était parfaitement maître de ses actes »

L’avocat du jeune homme, Me Guy Debuisson, avait indiqué au cours du procès que Dylan se trouvait « dans un état de bouleversement total » après sa rupture avec Tracy. La jeune fille avait mis un terme à leur relation quatre mois avant le drame. Pour Me Debuisson, Dylan Not se serait rendu chez la mère de son ex-petite amie « pour avoir une discussion avec elle », car « il pensait qu’elle était responsable de la rupture ».

« L’agressivité cataclysmique » de son client n’avait pu être déclenchée que par « les insultes de Patricia », avait-il ajouté.

Mais, selon l’avocat de la partie civile, Me Jacques Levy, « Dylan était parfaitement maître de ses actes » au moment des faits. C’est d’ailleurs ce qu’ont également estimé des experts psychiatres.