Toulouse: Près de deux ans de retard pour le chantier de l'école d'économie

UNIVERSITE Arrêtés depuis l'automne dernier à cause de la faillite d'une entreprise, les travaux de construction de la nouvelle école d'économie vont reprendre en septembre...

Beatrice Colin

— 

Le chantier est arrêté depuis l'été dernier.
Le chantier est arrêté depuis l'été dernier. — Université Toulouse 1-Capitole

Les répercussions des faillites d’entreprise sur les finances des universités. Ce pourrait être un sujet d’étude tout trouvé pour les chercheurs de l’école d’économie de Toulouse, la fameuse Toulouse School of Economics (TSE) du prix Nobel Jean Tirole.

Depuis septembre dernier, le chantier du bâtiment de 11.000 m2 qui doit les accueillir, face à Saint-Pierre-des-Cuisines et de l’écluse Saint-Pierre, est au point mort. En cause la liquidation judiciaire du bureau d’études structures RFR GO +, chargé de réaliser tous les calculs concernant notamment les fondations.

Vue d’artiste et mise en perspective de la future école d’économie de Toulouse (TSE) - Grafton architects/UT1

 

Mais au-delà de cette faillite prononcée en août dernier, c’est la qualité même des études réalisées qui est en cause, car dès le mois de mai dernier, des problèmes ont été détectés sur un pilier.

Livraison durant l’hiver 2017-2018

En attendant de dresser un bilan sur l’ensemble des fondations déjà coulées, l’Université de Toulouse 1-Capitole, maître d’ouvrage du chantier, a décidé de tout stopper l'été dernier.

Elle attendra en vain durant des mois qu’une société sous-traitante de RER dresse un bilan pour dire si l’existant est viable, ou si la question de le détruire est d’actualité. Car à Strasbourg, la question se pose pour le bâtiment du Pôle d’administration publique, où doit être logé l’IEP. Les études ont été réalisées par le même bureau d’études.

A Toulouse, le maître d’œuvre, Eiffage, a finalement repris à son compte les études structures. Et les travaux devraient reprendre fin août a annoncé mercredi Bruno Sire, le président de l’Université Toulouse 1-Capitole.

Jean Tirole et ses collègues pourraient alors intégrer leurs nouveaux bureaux au cours du printemps 2018, avec deux ans de retard.

Surcoût proche de 6 millions d’euros

Le déménagement de Science Po prévu durant l’été 2018

Un retard qui fait des dommages collatéraux. Les étudiants de Sciences-Po devront encore patienter trois hivers dans leurs locaux vétustes, pas aux normes et étroits.

Dans le jeu de chaises musicales, ils devaient s’installer à la Manufacture des Tabacs, en lieu et place des chercheurs de TSE. Mais Bruno Sire a promis de débloquer une enveloppe pour revoir l’isolation des fenêtres, histoire d’éviter d’être congelé durant l’hiver.