Toulouse: Le drapeau de l'URSS était absent aux cérémonies du 8 mai, les communistes voient rouge

POLEMIQUE Le parti communiste dénonce l'absence du drapeau des alliés russes lors des cérémonies de vendredi dernier...

Béatrice Colin
— 
Commemoration de l'armistice du 8 mai 1945, avec decoration de militaire ayant servi la France. Toulouse, FRANCE-8/05/14
Commemoration de l'armistice du 8 mai 1945, avec decoration de militaire ayant servi la France. Toulouse, FRANCE-8/05/14 — FRED SCHEIBER

Cette année, aux cérémonies toulousaines du 8 mai, il y avait les drapeaux français, américain, anglais et canadien. Mais pas celui de l'URSS pour commémorer la  victoire des Alliés sur l'Allemagne nazie.

Une absence qui a pu passer inaperçue pour certains, mais pas chez les communistes de la Ville rose qui se posent la question : «Bévue ? Révisionnisme historique ? Méconnaissance de l'Histoire ?»

Lettre au Président de la République

«Lors de la Deuxième guerre chacun s'accorde sur l'engagement déterminant pour la victoire sur le nazisme, des Etats Unis, de l'Angleterre et de l'URSS comme sur l'action des forces armées résistantes dont les communistes en France et dans de nombreux pays européens occupés. Il y a eu durant la Deuxième guerre plus de 20 millions de morts chez les citoyens d'Union Soviétique : quelle erreur, quelle bassesse, quel mépris pour eux que l'absence de ce drapeau rouge aujourd'hui à Toulouse», a critiqué le secrétaire départemental du PCF de Haute-Garonne, Pierre Lacaze.

Ce dernier a décidé de ne pas laisser passer et s'est fendu d'une lettre au Président de la République et au Préfet.

La préfecture répond

Pour les services de l'Etat, ce n'est pas une volonté délibérée d'évincer la Russie des commémorations alors que les relations avec Moscou ne sont pas au beau fixe.

Dans le cadre du 70e anniversaire de la victoire du 8 mai 1945, Pascal Mailhos, préfet de la Haute-Garonne, «a accepté la demande des consuls du Canada, des États-Unis d’Amérique et du Royaume-Uni en poste à Toulouse, qui souhaitaient déposer une gerbe à l’occasion de cette cérémonie. Aucune représentation consulaire des républiques ayant formé l’Union soviétique n'a sollicité le préfet pour déposer une gerbe à Toulouse, à l’occasion de cette cérémonie, de même d’ailleurs qu’aucun autre État comptant au nombre des Alliés dans la victoire du 8 mai 1945. Si tel avait été le cas, cette demande aurait  été acceptée bien volontiers», justice les services de la Préfecture.

Pas sûr que cette raison soit suffisante aux yeux des communistes de la Ville rose.