Toulouse: La Ville rose rallume la lumière

SOCIete «Eclairer mieux sans forcément consommer plus». C'est l'objectif du nouveau plan lumière  déployé par la mairie de Toulouse, qui fait largement appel au système D...

Hélène Menal
— 
De nouveaux réverbères sontvtestés rue Pargaminières.
De nouveaux réverbères sontvtestés rue Pargaminières. — Patrice Nin - Mairie de Toulouse

Lutter contre le sentiment d'insécurité et mettre en valeur le patrimoine. C'est la double ambition du «Plan lumière» dévoilé lundi par Jean-Luc Moudenc (UMP), le maire de Toulouse, qui souhaite rompre avec le minimalisme de l'équipe précédente.

A coup de lampes led à faible consommation, l'édile souhaite «rallumer la ville», quartiers compris, en quatre ans. En s'appuyant sur des innovations techniques mais grâce aussi à l'huile de coude du personnel municipal qui effectuera les travaux en régie directe. Petit éclairage sur ce qui va changer en matière de réverbères.

1 - La fin de « l'effet tunnel » en centre-ville

La rénovation de la rue Pargaminières a beau être récente, elle ne satisfait pas la nouvelle équipe municipale. «Les éclairages dirigés uniquement vers le sol sont placés trop bas. La nuit, les façades supérieures sont totalement plongées dans le noir ce qui crée un effet tunnel et même un sentiment d'insécurité», détaille Emilion Esnault, l'élu en charge de l'éclairage public.

Pour y remédier, les services techniques ont mis au point un nouveau réverbère mural qui, en plus d'éclairer le sol, est muni de lampes led sur le dessus permettant «d'éclairer faiblement les façades». Trois de ces «rétro-réverbères maison» sont en test rue Pargaminières. Ces appareils pourraient concerner la rue Gambetta, celle du Poids-de-l'Huile et les autres rues adjacentes au Capitole.

2 - Coup de projecteur sur les berges du Canal

Bonne nouvelle pour les joggeurs, les étudiants et les salariés qui vont au boulot en courant ou en pédalant sur les berges du Canal du Midi, parfois angoissantes les soirs d'hiver. De premiers réverbères ont déjà fait leur apparition du côté du Pont des Demoiselles. Il y en aura 70 en tout, du centre-ville au Parc technologique du Canal.

3 - Lumière sur les trottoirs des boulevards

Autre constat d'Emilien Esnault : les puissants réverbères double-branche des boulevards éclairent essentiellement la voie de circulation et les voitures qui n'en demandent pas tant alors que les larges contre-allées et les piétons sont plongés dans l'obscurité. L'idée, peu onéreuse, est donc de faire pivoter une branche côté trottoir. Ce, du boulevard Lascrosses au Monuments aux Morts.

 

La branche basse des lampadaires des boulevards va être tournée vers les contre-allées. - Patrice Nin - Mairie de Toulouse

4 - 100 monuments sous les spots light

C'est le retour du Plan Lumière façon Douste-Blazy. Dans une «logique Unesco», pour booster la candidature de Toulouse au patrimoine mondial de l'Humanité, une liste de 100 éléments remarquables à mettre en valeur a été dressée. La Cathédrale et la place Saint-Etienne auront droit à cet embellissement dès cette année. La colonne de Jolimont, l'église des Minimes et des façades de magasins ont aussi été sélectionnées. Ce volet patrimoine du projet est de loin le plus onéreux. Il devrait faire appel à du mécénat et à du financement privé.

5 - Des inventions en test

Dans un quartier tenu secret, la mairie teste actuellement des «lampadaires à détection de forme». Mis au point  par la start-up toulousaine Kawantech, cet appareil fonctionne en mode basse consommation aux heures creuses mais se «réveille» au passage d'un piéton. Pour les artères peu fréquentées la nuit, l'économie d'énergie pourrait être considérable.