Migrants: Une économiste toulousaine propose d'accorder plus de visas mais de les faire payer

IMMIGRATION Emmanuelle Auriol, chercheuse à l’Ecole d’économie de Toulouse, propose une solution originale aux drames migratoires actuels, notamment en Méditerranée…

N.S.

— 

Les rescapés du naufrage d'une embarcation au large de la Libye arrivent au port de Catane, en Italie, le 20 avril 2015.
Les rescapés du naufrage d'une embarcation au large de la Libye arrivent au port de Catane, en Italie, le 20 avril 2015. — C. Imbesi/AP/SIPA

Accorder plus de visas, mais les faire payer aux migrants. C’est l’idée défendue par l’économiste toulousaine Emmanuelle Auriol. Son constat de départ? Les candidats à l’immigration sont bien décidés à traverser coûte que coûte la Méditerranée pour atteindre l’Europe.

Naufrages en Méditerranée: appels à une plus grande coopération internationale

Pour l’heure, ces mouvements qui débouchent souvent sur des drames enrichissent des passeurs sans scrupule. «Mon idée, c’est qu’ils paient les Etats pour venir chez nous de manière contrôlée, plutôt que de financer la mafia», indique sur France Info la chercheuse à l’Ecole d’économie de Toulouse ou Toulouse School of Economics, rendue célèbre par le Prix Nobel décerné à Jean Tirole en 2014.

Le tarif s'élèverait à plusieurs milliers d'euros, et varierait selon la provenance des migrants et leur éloignement géographique initial. Un Bangladais paierait ainsi davantage qu'un Erythréen.

Sanctionner davantage les employeurs de clandestins

Emmanuelle Auriol prône aussi l'accentuation de la répression contre les entrepreneurs qui emploient des clandestins, notamment dans le bâtiment, la restauration et l’agriculture. «Pour contrôler l’immigration, ce serait plus efficace que la politique actuelle qui consiste à laisser venir les immigrés et à les exploiter en silence», indique-t-elle.

Il semble toutefois peu probable que les dirigeants européens retiennent cette solution lors du sommet extraordinaire organisé jeudi à Bruxelles, consacré à l’afflux de migrants sur les côtes italiennes.