Ligue 1: Le TFC en route pour le match de la peur

FOOTBALL Le TFC, qui voyage mal chez ses adversaires mal classés, joue gros samedi à Lorient...

Pauline Guerguil
— 
L'équipe est plus soudée que jamais avant ce match couperet. Archives.
L'équipe est plus soudée que jamais avant ce match couperet. Archives. — F. Lancelot -SIPA

A la 18e place du classement avec 35 points, le TFC est toujours relégable et continue sa course pour le maintien. Ce samedi, c’est à Lorient que les Violets devront se battre , pour récupérer des points précieux et sortir de la zone rouge.

Avec qautre matchs perdus à l'extérieur sur quatre contre les cinq derniers du classement, ce match contre le FC Lorient (16e) s’avère dangereux. «On a corrigé nos erreurs passées. Je ne suis pas dans l’état d’esprit qu’à l’extérieur ça ne marche pas. J’ai confiance en mon groupe», confie l’entraîneur Dominique Arribagé aux commandes de l’équipe depuis un mois jour pour jour.

«Un match au couteau»

Et la cohésion semble à toute épreuve. Nouveau venu dans le groupe professionnel, Yann Bodiger souhaite que l’équipe «sorte de la spirale négative» avant de penser à sa propre évolution. «Mon cas personnel est à mettre de côté. L’objectif principal est d’abord le maintien, martelle le jeune centre toulousain. On est prêts pour la bataille, on ira avec l’audace et le combat. Le mental reste le plus important.»

D.#Arribagé: "Le groupe est réceptif, dynamique, solidaire et travailleur. C'est un plus certain pour moi." #FCLTFC
— Toulouse FC Officiel (@ToulouseFC) April 16, 2015

 

Après une défaite face à Lorient au Stadium le 29 novembre dernier (2-3), le TFC compte bien s’imposer cette fois en terre bretonne. Dominique Arribagé s'attend à «un match au couteau, un gros combat, entre deux équipes qui luttent pour le maintien.»

Le TFC est relégable depuis le 21 février suite au match contre le PSG (3-1) et actuellement à un point de la quinzième place. Une victoire contre un adversaire direct pour le maintien soulagerait joueurs et supporteurs qui fuient la Ligue 2 comme la peste.