LGV Bordeaux-Toulouse: «Le gouvernement prendra rapidement sa décision», assure François Hollande

ECONOMIE Le chef de l’Etat s’est exprimé mardi à Cahors, alors que la commission d'enquête publique a rendu un avis défavorable et très critique sur le projet de ligne nouvelle…

N.S. avec AFP

— 

TGV traversant le village de Pompignan au sud de Montauban.
TGV traversant le village de Pompignan au sud de Montauban. — Alexandre GELEBART/REA

Effervescence à Cahors, ce mardi. François Hollande a signé dans la préfecture du Lot le contrat de plan Etat-Région Midi-Pyrénées qui mobilisera 1,770 milliard d'euros pour la période 2015-2020.

Parmi les nombreux dossiers évoqués par le Président de la République figure celui de la mobilité durable. Plus de 850 millions d'euros seront d'abord investis dans ce secteur, et en particulier dans la modernisation du réseau ferroviaire et l'aménagement de la gare de Toulouse en prévision de l'arrivée du TGV, même si un avis défavorable a été rendu récemment par la commission d'enquête publique.

Midi-Pyrénées: La LGV Bordeaux-Toulouse a du plomb dans l'aile

Sur ce point, le chef de l’Etat a évoqué les «interrogations» suscitées par cet avis, promettant que «le maître d'ouvrage y répondra avant l'été». Ensuite, «le gouvernement prendra rapidement sa décision après avis du Conseil d'Etat».

La quatrième région française la mieux dotée

Plus globalement, ce montant de 1,770 milliard d’euros du contrat, doté à quasi-parité par l'Etat (709,1 millions d'euros) et la Région (723,3 millions d'euros), fait de Midi-Pyrénées la quatrième région française la mieux dotée derrière l'Ile-de-France, Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte-d'Azur, a affirmé François Hollande.

Le président de la République a fait valoir que l'Etat avait augmenté sa dotation de 12,5% par rapport au précédent plan. Le reste des investissements (environ 330 millions d'euros) sera supporté par les départements et les communes.