Toulouse: Cinq choses à savoir sur la nouvelle ligne de tram qui vient de décoller

TRANPORTS La ligne de Tram Envol décolle ce samedi. Elle reliera le centre-ville à l'aéroport. Mode d'emploi...

Hélène Menal

— 

Le terminus de la ligne T2, à l'aéroport Toulouse-Blagnac
Le terminus de la ligne T2, à l'aéroport Toulouse-Blagnac — Smat

Et si vous partiez en vacances en tram? La ligne Envol (ou T2) desservira pour la première ce samedi, aux aurores, l'aéroport Toulouse-Blagnac. Petit tour d'horizon de ce qu'il faut savoir avant le décollage.

1. Les chiffres

Longue de 2,4km, la ligne Envol a coûté 74 millions d'euros. Elle comporte trois stations et dessert les 15.000 salariés des 250 entreprises de la zone aéroportuaire. Selon les études, elle sera fréquentée par 9.000 voyageurs par jour.

2. Les temps de parcours

Une rame passera toutes les 15 minutes, entre 5h35 et 23h30. Elles mettront théoriquement 21 minutes pour rallier l'aéroport depuis les Arènes et 32 minutes depuis le Palais de Justice.

3. Toutes les rames ne mènent pas à l'aéroport

La ligne T2 emprunte le même parcours que la ligne T1 du Palais de Justice à Ancely où l'une poursuit sa route vers l'aéroport et l'autre vers Aéroconstellation. Sur ce tronçon commun, toutes les rames ne mènent donc pas à la même destination, un peu comme dans le RER parisien quand on veut aller à Roissy. Du coup, au début, cela va demander un peu de concentration aux usagers. Il faut focaliser sur les panneaux lumineux situés sur les côtés des rames, sur leur «front» ou encore sur ceux disposés en station.

4. La navette reste

Tisséo a choisi de ne pas modifier pour l'instant le fonctionnement de la fameuse navette aéroport. La régie de transport se donne le temps d'évaluer l'impact de l'arrivée du tram sur ces bus avant de procéder à d'éventuelles modifications. En revanche, la ligne de bus 66 est modifiée. Son nouveau terminus est situé à Pelletier, dans le haut de l'hôpital Purpan, avec une correspondance à Ancely avec la ligne T2.

Le Fauteuil en Lévitation, une œuvre de Philippe Ramette - Smat

5. Le tram, ce n'est pas qu'utilitaire

En plus d'aller boulot, le tram peut aussi servir à la contemplation ou à un voyage plus intérieur. Deux œuvres d'art sont d'ores et déjà installées: les Prismatiques de Raphaël Zarka, une sculpture massive en béton fibré, et la très spectaculaire Lévitation d'un Fauteuil, de Philippe Ramette, près de l'aéroport.

Exceptionnellement, le tram sert aussi à s'amuser. Jusqu'au 25 avril, Tissééo propose un jeu d'énigmes à résoudre en famille et qui peut mener tout droit à Disneyland Paris.