Toulouse: Les impôts vont augmenter de 15%

fiscalité Le maire de Toulouse a annoncé une augmentation des taux de la ville et de la Métropole pour les taxes foncières et d'habitation...

Beatrice Colin

— 

Illustration avis d imposition. CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES
Illustration avis d imposition. CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES — C. VILLEMAIN/20 MINUTES

173 euros de plus à payer à la fin de l'année. C'est en moyenne la somme dont devront s'acquitter les couples de Toulousains sans enfant après la hausse des impôts annoncée ce jeudi par Jean-Luc Moudenc.

Les taux de la ville et de la Métropole vont augmenter de 15% chacun. C'est l'une des mesures annoncées par le maire UMP de la Ville rose pour boucler son budget. Les Columérins et Balmanais sont donc aussi concernés

Une seule hausse en 2015

«Notre ville se trouve aujourd'hui au bord du dépôt de bilan. Cela fait quelques mois que j'essaie de l'éviter, nous avons exploré toutes les voies possibles mais avec la baisse des dotations du gouvernement et la situation dégradée des finances de la ville dont nous avons héritée, nous n'avions pas d'autre choix», assure Jean-Luc Moudenc.

La hausse de 15% se fera cette année et «ne bougera plus sur le reste du mandat», assure l'édile. Pour son groupe politique, Toulouse Ensemble, c'est «un choix courageux».

Mais pour ses opposants, c'est une promesse de campagne non tenue.

Maintien des investissements

Le choix d'augmenter les impôts a été fait pour maintenir le niveau des investissements et «ne pas instaurer l'austérité». Sur la totalité du mandat plus d'1,5 milliard sera investi. Le projet de nouveau Parc des expositions est donc maintenu, «mais il faut rechercher des financements privés», assure le maire de Toulouse.

L'aménagement du quartier de la gare Matabiau l'est aussi, tout comme la troisième ligne de métro. «Mais nous ferons des arbitrages», prévient déjà l'élu. Il maintient en revanche la réalisation d'une école par an, soit cinq nouveaux établissements d'ici à 2020.

Fin de la gratuité de la cantine pour les plus démunis

Autre effort demandé aux Toulousains: la nouvelle tarification des cantines. Jusqu'à présent, les familles les plus démunies ne payaient pas par mesure de solidarité. Celles ayant moins de 1.000 euros de revenu devront désormais payer 1,10 euro par repas si elles ont un seul enfant.

Si le tarif baisse pour les ménages aux revenus oscillant entre 1.000 et 2.800 euros, ils augmentent pour ceux gagnants plus de 2.800 euros.

La fin de la gratuité dans la restauration scolaire a fait bondir certains élus de l'opposition.

Baisse de l'aide aux associations

La mairie a indiqué qu'elle faisait des efforts pour réduire ses dépenses. Et elle demande aux usagers de faire de même.

Ainsi, les associations vont voir leur subvention baisser de 25% au cours des cinq prochaines années. «Elles avaient augmenté de 40% au cours du dernier mandat», pondère Jean-Luc Moudenc pour faire passer la pilule du régime forcé.