Toulouse: 300 taxis ont manifesté contre UberPop

SOCIETE Les chauffeurs de taxi dénoncent la concurrence déloyale du service UberPop et demandent un renforcement des contrôles...  

B.C. avec AFP

— 

Illustration manifestation de taxis contre Uber Pop.
Illustration manifestation de taxis contre Uber Pop. — M.BOSREDON

Ils s'étaient donné rendez-vous à l'aéroport et à la gare Matabiau. Près de 300 chauffeurs de taxi de la Haute-Garonne ont manifesté ce jeudi à Toulouse avec leur véhicule pour réclamer «la suppression d'UberPop», le service de véhicule de tourisme avec chauffeur (VTC), coupable selon eux de «travail dissimulé» et «de concurrence déloyale».

«Nous demandons simplement l'application de la loi et la disparition de l'application UberPop car c'est du travail dissimulé», a détaillé le président de l'association de défense des taxis toulousains, Philippe Duran.

Baisse du chiffre d'affaires

Depuis janvier, la loi Thévenoud, qui encadre la concurrence entre les taxis et les VTC, interdit à des chauffeurs non professionnels de transporter des passagers via UberPop.

«Pourtant ils sont toujours là», déplore Didier, 35 ans, un chauffeur de taxi. Selon lui, le chiffre d'affaires des professionnels toulousains «a chuté de près de 30%» en un an à cause de cette «concurrence déloyale».

L'association de défense des taxis a obtenu de l'Etat un renforcement des contrôles de police début mars. «Nous allons aussi engager des discussions avec le procureur, car nous réclamons des comparutions immédiates pour les chauffeurs qui se font pincer», explique Philippe Duran.

Premières interpellations de chauffeur et client d'UberPop à Toulouse

Le 31 mars la cour d'appel de Paris doit se prononcer sur la suppression de l'application UberPop. Selon le jugement, les chauffeurs de taxi ont indiqué qu'ils bloqueraient les aéroports dans 15 villes.

De son côté, le groupe américain UberPop a déposé plusieurs recours devant la Commission européenne et le Conseil constitutionnel.