Toulouse: La kippa du rabbin pose problème dans le bureau de vote

SOCIETE Dimanche, une déléguée de bureau de vote a tenté d'empêcher le rabbin de Toulouse de voter au motif qu'il portait sa kippa. Avraham Weill a porté plainte mardi pour discrimination...

Helene Menal

— 

Une érémonie religieuse juive à Toulouse. Archives.
Une érémonie religieuse juive à Toulouse. Archives. — FRED SCHEIBER / 20 MINUTES

L'incident s'est produit dimanche 22 mars dans un bureau de vote de l'Ecole du Nord, en centre-ville. Avraham Weill, le jeune rabbin de Toulouse, venait remplir son devoir civique avec son fils. Et comme d'habitude, il portait sa kippa. Une particularité qui n'a pas plu à une des délégués du bureau qui s'est opposée à ce qu'il vote avec un signe religieux, ce qui est parfaitement autorisé par le code électoral.

Soutenu par les autres électeurs

La déléguée, désignée par le parti communiste, a lourdement insisté. «Mais tous les autres délégués et les électeurs présents ont eu une réaction extraordinaire. Ils ont pris ma défense», raconte Avraham Weill à 20 Minutes. Il a finalement pu voter «sereinement»  même si la déléguée zélée a souhaité que l'incident soit porté sur le procès-verbal du bureau de vote.

Le rabbin précise qu'aucun propos antisémite n'a été tenu. Mais il a porté plainte mardi «pour discrimination». Parce ce qu'il a été « pris à partie en public, humilié », il ne souhaite pas laisser passer l'incident.

Les regrets du PCF

Dans un communiqué, Pierre Lacaze, le secrétaire départemental du PCF, déplore les faits et plaide «une mauvaise interprétation de la loi électorale de la part de cette déléguée». «Le PCF de la Haute-Garonne s'adressera à M. Weill, poursuit le responsable communiste, pour dissiper ce malentendu et l'assurer de notre soutien total dans le combat contre l'antisémitisme et les idées xénophobes».