Toulouse: Grève des éboueurs, les poubelles débordent du côté de Colomiers

SOCIAL Les éboueurs de l'Ouest toulousain, qui réclament une harmonisation de leur statut avec celui de leurs collègues de la Métropole, sont en grève depuis lundi...

Béatrice Colin

— 

Illustration grève poubelles
Illustration grève poubelles — FrŽdŽric Scheiber/20MINUTES

Les poubelles débordent dans l'Ouest toulousain. Depuis lundi, une grande partie des ordures ménagères s'entassent dans les rues d'Aussonne, Beauzelle, Brax, Colomiers, Mondonville, Seilh, Tournefeuille et Pibrac.

Même prime qu'à Toulouse revendiquée

Une partie de la centaine d'éboueurs travaillant sur cette zone de l'ouest toulousain ont décidé de se mettre en grève. Depuis 2009, et la création de la communauté urbaine, ils sont rattachés à Toulouse Métropole.

«Avant, ils avaient douze jours de congés qu'on leur a supprimés et en contrepartie ils n'ont pas eu droit à la prime de nuit de 60 euros que touchent les agents travaillant à Toulouse. Avec une autre prime, le manque à gagner est de 90 euros. Nous demandons une égalité de traitement», plaide Benoît Fontanilles, secrétaire général de la Fédération autonome de la fonction publique territoriale (FAFPT) à l'origine du mouvement de grève.

Lettre des maires concernés

Dans un courrier à Jean-Luc Moudenc, le président de Toulouse Métropole, des maires concernés déplorent «d'ores et déjà d'importantes nuisances, tant en matière d'hygiène que de sécurité».

Ils demandent à ce que «les discussions soient engagées de sorte qu'une issue favorable soit trouvée au plus vite à ce conflit social qui pénalise fortement les habitants de l'ouest de notre agglomération», insistent les édiles de Brax, Colomiers ou encore Tournefeuille.

Occupation du dépôt devant le tribunal

«Pour des raisons historiques, les agents des cinq dépôts d'ordures ménagères de Toulouse Métropole ont des statuts et horaires différents. Ceux de Colomiers ont des avantages que les autres n'ont pas et inversement. S'ils sont d'accord pour opter pour le régime de Toulouse Métropole, ils devront prendre l'ensemble du régime, sinon ils conservent le leur. Cela devait être discuté lors d'une réunion le 1er avril, mais un syndicat a décidé de faire grève avant», déplore Henri de Lagoutine, élu en charge du personnel.

Estimant que le piquet de grève qui bloque le dépôt de Colomiers est illégal, il a saisi la justice en référé pour «occupation illégale» et «entrave à la liberté de travail».

Les éboueurs sont assignés mardi devant le tribunal. D'ici les poubelles devraient continuer à s'amonceler.