Affaire Merah: Une famille de victimes réclame la tenue du procès

JUSTICE La famille Sandler, qui a perdu un fils et deux petits-fils assassinés le 19 mars par Mohamed Merah, demande la clôture de l'instruction...

B.C. avec AFP
— 
Latifa Ibn Ziaten, la mère d'une victime de Merah, et Samuel Sandler, le père et grand-père de trois autres victimes, le 17 mars 2013 à Toulouse
Latifa Ibn Ziaten, la mère d'une victime de Merah, et Samuel Sandler, le père et grand-père de trois autres victimes, le 17 mars 2013 à Toulouse — Eric Cabanis AFP

Trois ans après les assassinats commis par Mohamed Merah au lycée juif d'Ozar Hatorah, les familles des victimes veulent un procès. Celle de Jonathan Sandler, assassiné le 19 mars au matin avec ses deux enfants Arié et Gabriel, a réclamé jeudi «la clôture de l'instruction compte tenu du délai prévisible d'achèvement de la procédure». 

Dans une lettre de ses avocats aux juges d'instruction antiterroristes, ils reconnaissent le «travail d'enquête méticuleux qui a été réalisé au cours de ces trois années d'instruction» et «se félicitent de la mise en évidence des différentes complicités dont a bénéficié Mohamed Merah». Mais ils souhaitent désormais que les trois personnes mises en examen soient jugées «dans les délais les plus brefs et que justice soit rendue».

Le père d'une autre victime, Albert Chennouf, ne se fait aucune illusion sur le procès

Trois hommes mis en examen

Abdelkader Merah, le frère du «tueur au scooter», ainsi que Fetha Malki, une connaissance de Merah soupçonné de lui avoir fourni des armes, sont toujours en détention provisoire dans le cadre de cette affaire.

Mohamed Mounir Meskine, le troisième homme mis en examen et soupçonné d'avoir pris part au vol du scooter utilisé pour les crimes a, pour sa part, été remis en liberté sous contrôle judiciaire.