L'occitan dans les bouches de métro

©2007 20 minutes

— 

Après les panneaux touristiques et les plaques de rues, l'occitan entre dans le métro toulousain. Des affiches avec des expressions en langue occitane viennent d'être installées dans les rames, à l'initiative de Tisséo et de Convergencia occitana. Pour le président de cette association, Jean-François Laffont, il s'agit d'affirmer ainsi « la modernité de cette langue, tout en rappelant que Toulouse est la capitale de l'Occitanie ».

Ces pancartes n'intéresseront pas seulement les trois cents jeunes de l'agglomération inscrits dans les « calandretas », ces écoles bilingues. Car, « il y a un vrai intérêt pour cette langue », affirme Jean-Paul Becvort de l'Institut d'études occitanes. Son association aurait d'ailleurs besoin de vingt-cinq professeurs de plus dans le département pour répondre à la demande.

« Ces affiches, c'est rigolo », juge pour sa part Fanny Sentenac, de l'agence Org&Com qui promeut la musique occitane. Pour elle, cette langue, celle de son grand-père, a « une valeur affective et conviviale. Nos parents ont été incités à l'oublier mais aujourd'hui les jeunes sont très demandeurs. » Un renouveau incarné notamment par le duo toulousain occitan Brotto-Lopez. Les deux trentenaires animent près de quarante bals par an. Pour Fanny Sentenac, leur message est le même que celui des Fabulous Trobadors ou des Marseillais du Massilia Sound System : « affirmer son identité régionale permet de s'ouvrir sur l'extérieur ».