Toulouse: La société EticPlus cartonne avec ses étiquettes transparentes

ECONOMIE Partie de très peu, cette entreprise a élargi sa palette de clients à la grande distribution, l'agroalimentaire, l'industrie...

J.R.

— 

Davy Tudela, le PDG de la société Etic Plus.
Davy Tudela, le PDG de la société Etic Plus. — J. Rimbert

C'est un marché de niche qui lui rapporte gros. En 2005, Davy Tudela, vendeur de balances professionnelles aux commerçants, a racheté l'entreprise toulousaine EticPlus, qui comptait alors un salarié, pour 3.000 euros. Dix ans plus tard, sa société fait travailler 70 personnes et affiche un chiffre d'affaires de 9 millions d'euros. Cet entrepreneur, qui a bénéficié du plan de revitalisation Motorola, a su développer sa boîte en misant sur l'innovation de l'étiquette des produits. 

Un million d'euros en recherche et développement

Car c'est en partant du constat que les étiquettes en papier opaque blanc cachent une partie de la marchandise que Davy Tudela flaire le filon. «Après trois ans de recherches, nous avons lancé la commercialisation de l'étiquette thermique, transparente et adhésive, explique-t-il. Nous présenterons bientôt l'étiquette radiofréquence, recherchée notamment pour les produits alimentaires, qui connaissent des problèmes de vol.» Avec ces étiquettes nouvelle génération, la palette de ses clients s'élargit rapidement à la grande distribution, à l'agroalimentaire, à l'industrie...

Chaque année, l'entreprise consacre 10% de son chiffre d'affaires à la recherche et développement, soit environ un million d'euros. Elle prévoit de recruter 30 personnes supplémentaires d'ici à trois ans, pour atteindre un chiffre d'affaires de 15 millions d'euros.