Sivens: Le maire d’un village du Tarn dément formellement vouloir accueillir les zadistes

SOCIETE Le maire de Saint-Amancet réagit à des informations publiées dans la presse…

N.S.

— 

Un zadiste sur le site du barrage controversé de Sivens dans le Tarn, le 5 mars 2015.
Un zadiste sur le site du barrage controversé de Sivens dans le Tarn, le 5 mars 2015. — F. Scheiber / SIPA

Non, les zadistes chassés de Sivens vendredi, puis de Gaillac samedi, ne sont pas les bienvenus à Saint-Amancet. Le maire de cette petite commune tarnaise de 180 habitants le fait savoir mardi dans un communiqué «suite à l’information qui a été diffusée dans la presse».

«Le conseil municipal n’a jamais abordé cette possibilité d’accueil»

Patrick Rossignol «dément totalement le fait d’avoir proposé un terrain communal pour accueillir le groupe de 60 zadistes installés à Sivens». «Cette annonce a été diffusée sans consultation préalable du maire, poursuit le communiqué. Le conseil municipal n’a jamais abordé cette possibilité d’accueil.»

Saint-Amancet est située dans le sud du Tarn, à un peu plus d’une heure de route du lieu où doit désormais être construit un barrage réduit par rapport au projet initial.