Handball: Conquérant face au PSG, le Fenix Toulouse se réconcilie avec son public

HANDBALL S'il n'a finalement pas pu gagner un match qu'il a dominé contre l'ogre parisien, le Fenix a enfin montré un beau visage à son public...

Nicolas Stival
— 
Le Toulousain Nemanja Ilic face au gardien de Paris Thierry Omeyer, le 4 mars 2015 à Toulouse.
Le Toulousain Nemanja Ilic face au gardien de Paris Thierry Omeyer, le 4 mars 2015 à Toulouse. — F. Lancelot / Sipa

Après huit victoires d’affilée en D1, le PSG version qatari, champion de France 2013 et actuel dauphin du leader Montpellier, a connu un coup d’arrêt à Toulouse. Mais l’équipe des Narcisse, Omeyer, Accambray, Barachet et Honrubia a tout de même réussi à arracher le match nul mercredi soir (29-29), alors qu’elle a compté jusqu’à cinq buts de retard (20-15, 35e) sur celle des autres champions du monde, Fernandez et Dumoulin.

«Les deux périodes où nous nous sommes retrouvés en infériorité numérique, à quatre contre six, nous ont fait mal, juge Jérôme Fernandez, auteur de 7 buts sur 12 tirs. Mais cela reste un très bon point car derrière nous, Sélestat à perdu.» Le Fenix, toujours privé de son troisième champion du monde, Valentin Porte (cheville), reste douzième de D1.

Belle prestation du @FENIX_HB face au @psghand ! cc @JrmeFernandez #handball pic.twitter.com/FphgZw8ZGK
— jean-phi mombaka (@jify_) March 4, 2015



Toutefois, il compte désormais quatre longueurs d’avance sur la zone de relégation. Surtout, il a confirmé son regain de forme, après sa jolie qualification à Aix, en Coupe de France (27-33).

«On aurait vraiment mérité de gagner, mais il faut se satisfaire de ce nul, estime Philippe Dallard, le président toulousain. On s’était promis de réussir ce type de prestation. On restait sur trois échecs consécutifs à domicile (Istres, Montpellier, Nîmes) qui ne représentaient pas du tout notre niveau et encore moins ce qu’on voulait donner à notre public.»

First time Watching the @FENIX_HB team !! pic.twitter.com/ZJRzJ5Ewwi
— Luke Mcalister (@McalisterLuke) March 4, 2015



Les 4.000 spectateurs d’un Palais des sports à guichets fermés, dont quelques stars locales, n’ont cette fois-ci pas perdu leur soirée.  «Après Nîmes, nous avons fait un gros travail d’introspection, souligne le gardien Cyril Dumoulin, auteur de 15 arrêts. Côté parisien, Daniel Narcisse (9 buts sur 11 tirs) a tenu l’équipe à lui tout seul. Mais nous avons montré des valeurs qui nous ont fait défaut à un moment.»

Désormais, le Fenix envisage l’avenir avec un peu plus de sérénité. «Ce match a montré que tout n’est qu’une question de confiance et d’état d’esprit, reprend Jérôme Fernandez. L’objectif maintien est bien engagé. Mais il faut surtout continuer à jouer comme ça à Nantes, puis à Montpellier en Coupe de France. C’est le meilleur moyen d’être ambitieux pour le Final four de la Coupe de la Ligue.»

Le programme du Final 4 de la Coupe de la Ligue -> http://t.co/hx48dAxDkn via @HandNewsfr #Final4LNH #handball #LNH pic.twitter.com/76NjmCeTZu
— Mét. Rouen Norm. HB (@MRNHandball) March 4, 2015



Toulouse a rendez-vous à Rouen le 28 mars pour affronter Dunkerque en demi-finale de cette épreuve. S’il passe l’obstacle et gagne sa finale contre Cesson ou Nantes, il raflera son premier trophée depuis 17 ans ainsi qu’une deuxième qualification européenne d’affilée. Mais chaque chose en son temps…