Barrage de Sivens: 200 manifestants pro-zadistes bloqués à Gaillac

ECOLOGIE Les tensions se multiplient entre partisans et opposants de ce projet dans le Tarn, avant la journée décisive de vendredi...

20 Minutes avec AFP

— 

Un activiste pro-zadiste arrêté après des heurts avec les gendarmes, le 4 mars 2015 à Gaillac
Un activiste pro-zadiste arrêté après des heurts avec les gendarmes, le 4 mars 2015 à Gaillac — Pascal Pavani AFP

Quelque 200 manifestants pro-zadistes rassemblés à Gaillac dans le Tarn, en vue d'un «convoi alimentaire» destiné aux militants cernés par des agriculteurs sur le site de Sivens, étaient bloqués par les gendarmes mercredi après-midi au centre-ville. Une centaine d'agriculteurs favorables au projet de retenue d'eau de Sivens poursuivent depuis lundi un blocus du site occupé par une quarantaine de zadistes.

Issues fermées

Pour beaucoup de membres du syndicat majoritaire FNSEA, ils entendent mettre la pression sur les zadistes et sur l'Etat jusqu'à la réunion du conseil général du Tarn vendredi à Albi sur les alternatives au projet initial de barrage. Les sympathisants des zadistes se sont réunis en début d'après-midi sur la grande place de Gaillac, principale ville située à une vingtaine de kilomètres de Sivens.

Les gendarmes qui les ont laissé pénétrer la place de la République ont ensuite fermé toutes les issues pour empêcher les manifestants de partir en convoi avec leurs cageots de victuailles vers la Zad. Le préfet du Tarn Thierry Gentilhomme avait averti dès mardi que son objectif était «éviter absolument un contact» entre pro et antibarrage. «Des poireaux, pas des fachos», scandaient à Gaillac les pro-zadistes, constatant qu'ils étaient confinés sur la place.

Des échauffourées

A plusieurs reprises, des manifestants tentant de forcer le passage ont été repoussés à l'aide de boucliers par des gendarmes en tenue d'intervention. A 15h30, ces frictions avaient donné lieu à des échauffourées, mais sans véritable affrontement.

Des discussions étaient en cours peu avant 16 h entre la mairie de Gaillac, les manifestants et les responsables des forces de l'ordre, pour qu'un camion de la mairie prenne en charge le ravitaillement destiné aux zadistes et l'emporte jusqu'à Sivens.