Toulouse: Une nouvelle étape dans le traitement du cancer du poumon

SANTE L'équipe toulousaine du professeur Julien Mazières a découvert qu'on pouvait traiter 1 à 2 % des cas de cancer du poumon grâce à une thérapie ciblée...

Béatrice Colin
— 
Illustration laboratoire.
Illustration laboratoire. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Il y a deux ans, un retraité béarnais était condamné par un cancer du poumon. Tous les traitements avaient été tentés, en vain. Aujourd’hui, il fait du vélo et la tumeur a disparu. Cette rémission, il ne la doit pas à un miracle de Lourdes. Mais à une thérapie ciblée, mise au point par l'Institut universitaire du Cancer et l'équipe du professeur Julien Mazières, pneumo-oncologue à l'hôpital Larrey.

1 à 2 % des patients concernés

Ces chercheurs toulousains ont découvert que ce patient faisait partie des 1 à 2 % des malades du cancer du poumon porteur d'une anomalie génétique appelé ROS1.

Et ils l'ont traité avec le crizotinib, une molécule déjà utilisée dans les cancers du sein. Ce malade a bien réagi, car une semaine plus tard, il se portait déjà mieux.

«L'étude a été menée au niveau européen sur 32 patients atteints de cette anomalie génétique. Dans 80% des cas, ils ont tiré des bénéfices du traitement puisque la tumeur a régressé et dans 15 % des cas elle a disparu et ils sont en rémission prolongée», explique le professeur Julien Mazières dont les résultats viennent d'être publiés sur le Journal of clinical oncology.

Moins d'effets indésirables

Une lueur d'espoir pour plusieurs patients. D'autant que le crizotinib se prend sous forme de comprimés et a moins d'effets indésirables qu'une chimiothérapie traditionnelle.

«Dans 50% des cas, le cancer du poumon est dû à une anomalie génétique non héréditaire pour lesquelles il existe des traitements ciblés. Pour les patients que l'on ne peut pas opérer, on fait donc un génotypage. Cela concerne 75% des cas. Jusqu'à présent on ne recherchait pas ROS1. Il est venu s'ajouter aux six autres marqueurs que l'on cherche désormais systématiquement», poursuit le chercheur toulousain.

La recherche mise sur les thérapies ciblées

Si ROS1 ne concerne qu'un à 2% des cas, la recherche de nouvelles anomalies génétiques se poursuit. La première appelée EGFR a été trouvée en 2009. Elle concerne 15 % des patients et a généré le développement d'une thérapie ciblée.

«Pour nous c'est une révolution, cela a permis de prolonger l'espérance de vie au-delà de trois ans. Le cancer du poumon reste une maladie grave et concerne 40.000 nouveaux cas par an en France. Mais il y a des progrès dans les traitements et les patients ne sont pas toujours au courant», assure le professeur Julien Mazières qui reçoit aujourd'hui des coups de fil de malades des quatre coins du monde.