VI Nations: Une deuxième ligne du XV de France prend quatre semaines de suspension

RUGBY Manon André a été punie pour un «contact avec les yeux» d'une Irlandaise. La joueuse de Blagnac-Saint-Orens a bénéficié d'une peine allégée...

N.S.

— 

Manon André sous les couleurs de Blagnac-Saint-Orens, le 21 septembre 2014.
Manon André sous les couleurs de Blagnac-Saint-Orens, le 21 septembre 2014. — Nicolas Stival / 20 Minutes

Ce jeudi, Pascal Papé a pris dix semaines de suspension pour son coup de genou sur Jamie Heaslip lors d’Irlande–France. Une autre deuxième ligne tricolore était fixée sur son sort depuis la veille.

Manon André est privée de rugby pendant quatre semaines. La faute de la joueuse de Blagnac-Saint-Orens (Bsorf)? Un «contact avec les yeux d’une adversaire» irlandaise lors du succès des Bleues à Ashborne, le 13 février (5-10). Ce geste aurait dû lui valoir une punition de douze semaines.

Mais la sentence a été allégée par la commission de discipline du Tournoi des VI Nations  pour cause de «circonstances atténuantes hors du terrain». Le genre de formule qui fait tout le charme du rugby… Sans cette réduction de peine, «la sanction serait tout à fait disproportionnée», poursuit le communiqué.

Dans l'attente d'un éventuel appel, André sera requalifiée le 15 mars à minuit. Logiquement, elle ne figure pas dans le groupe français convoqué pour recevoir le pays de Galles, le 27 février à Montauban, à la différence de ses coéquipières du Bsorf Marjorie Mayans, Audrey Forlani et Carla Neissen.

Retour possible contre l'Angleterre

La deuxième (ou troisième) ligne ratera aussi le match en Italie, le 14 mars. Mais elle peut prétendre au déplacement en Angleterre, chez les championnes du monde, le 21 mars lors de la dernière journée du Tournoi des VI Nations. A la différence des garçons, les filles du XV de France peuvent toujours rêver du Grand Chelem, déjà réalisé en 2014.