Haute-Garonne: Le cimetière de Saint-Béat profané à son tour, François Hollande condamne

SOCIETE Entre 20 et 30 tombes ont été dégradées dans le village pyrénéen de Saint-Béat, une autre profanation a eu lieu dans le Calvados. L'Elysée condamne ces «actes indignes»...

N. S. et H. M.

— 

Carte de localisation du village de Saint-Béat, en Haute-Garonne.
Carte de localisation du village de Saint-Béat, en Haute-Garonne. — Idé

François Hollande «condamne fermement» les profanations de cimetières de Tracy-sur-Mer (Calvados) et de Saint-Béat (Haute-Garonne), des «actes indignes» dont les auteurs devront être «rapidement identifiés et punis», selon un communiqué de l'Elysée mercredi.

«Tout sera mis en œuvre pour que leurs auteurs soient rapidement identifiés et punis», peut-on lire dans le communiqué de l'Elysée.

Croix et pots cassés

A Saint-Béat, village pyrénéen de Haute-Garonne, une enquête a été ouverte après la dégradation, découverte mercredi matin, de «vingt à trente tombes», selon Cécile Deprade, procureur de la République de Saint-Gaudens. «Il s'agit de dégradations dans un petit cimetière chrétien. Des plaques, des croix et des pots ont été cassés», indiquait la magistrate en début d'après-midi alors que les enquêteurs de l'identification judiciaire étaient toujours sur place.

Pierre Izard (PS), le président du Conseil général de la Haute-Garonne, «condamne avec la plus grande fermeté cet acte indigne» et fait «part de [sa] consternation et de tout [son] soutien aux familles touchées par de telles conduites où la bêtise côtoie l’ignoble». «S'attaquer à des sépultures est un acte odieux et lâche et une atteinte inacceptable à la dignité humaine», a réagi de son côté Bertrand Auban (PS), le conseiller général du canton de Saint-Béat.

Des dégradations ont aussi été découvertes mardi soir dans le cimetière d'un village du Calvados, Tracy-sur-Mer, deux jours après la profanation de 250 tombes dans le cimetière juif de Sarre-Union (Bas-Rhin).

Selon cette source, on n'est «pas du tout dans le même cas que les événements des derniers jours», à savoir la profanation du cimetière juif de Sarre-Union, une des plus importantes depuis 1992.