Affaire de la joggeuse de Bouloc: Le suspect conduit sur les lieux

ENQUÊTE Le suspect mis en examen le 9 février a été conduit ce mardi soir sur les lieux du crime...  

20 Minutes avec AFP

— 

Lors de la marche silencieuse en hommage à Patricia Bouchon, la joggeuse tuée en février 2011
Lors de la marche silencieuse en hommage à Patricia Bouchon, la joggeuse tuée en février 2011 — FRED SCHEIBER / 20 MINUTES

Le suspect du meurtre de la joggeuse Patricia Bouchon en 2011 devait être transporté mardi soir sur les lieux du drame, à Bouloc près de Toulouse, pour une «mise en situation» quatre ans après le drame.

Reconstitution nocturne

Déjà gardé à vue à deux reprises en 2014, l'homme de 34 ans a été interpellé le 9 février, mis en examen pour «homicide volontaire» et immédiatement placé en détention provisoire.

C'est à la nuit tombée que les enquêteurs ont débuté cette «mise en situation, à la demande du juge d'instruction» et en présence du procureur de la République de Toulouse.

Le 14 février 2011, Patricia Bouchon, 49 ans, secrétaire dans un cabinet d'avocats toulousains et mère de famille, était partie vers 4H30 faire son jogging autour de Bouloc, à 25 km au nord de Toulouse.

Son corps avait été retrouvé un mois et demi après, vertèbres et crâne enfoncés, un gant en latex enfoncé dans la gorge. Son meurtrier avait aussi essayé de l'étrangler mais aucun abus sexuel n'avait pu être mis en évidence.

Le suspect nie les faits

L'homme mis en examen, présenté comme «psychotique», a déjà subi des hospitalisations d'office et des «traitements très lourds». Il était aussi «adepte des paradis artificiels, alcool et toxiques divers», selon le parquet. Cet ancien plaquiste avait demandé un arrêt de travail, dix jours après le meurtre, pour suivre des soins psychiatriques, et n'a jamais repris son métier.

Son arrestation fait suite à une accumulation «d'indices graves et concordants». Le suspect, reconnu par un témoin sur portrait-robot en 2013, nie les faits.