Toulouse: Guy Novès compare les critiques contre le XV de France à celles contre le Stade Toulousain

RUGBY Pour le manager général du Stade Toulousain, il faut «laisser bosser» le XV de France…

N.S. avec AFP

— 

Le manager général du Stade Toulousain Guy Novès avant le match de Coupe d'Europe contre les Anglais de Bath, le 18 janvier 2015 à Toulouse.
Le manager général du Stade Toulousain Guy Novès avant le match de Coupe d'Europe contre les Anglais de Bath, le 18 janvier 2015 à Toulouse. — F. Lancelot / Sipa

Le manager général du Stade Toulousain Guy Novès a estimé lundi qu'il fallait «laisser bosser» l'équipe de France, estimant qu'elle avait la capacité d'être «encore plus performante», après sa défaite samedi à Dublin (18-11).

«Il faut laisser parler les gens»

Il a fait le parallèle entre les critiques contre la sélection et celles contre le Stade, qui a connu un début de saison difficile: «Regardez ce qu'on vit à travers un club, qui est l'un des plus grands clubs d'Europe, si ce n'est le plus grand en termes de résultats et qui, lorsqu'il perd deux, trois, quatre, cinq matches ne fait plus partie des grands d'Europe. Donc, il faut laisser parler les gens, je crois», a balayé Novès.

Au sujet de la défaite des Bleus en Irlande, le patron sportif des Rouge des Noir «a vu des actions de qualité, d'envergure qui, à mon sens, doivent être la ligne directrice pour les prochains matches.»

«Pas très loin de faire un bon résultat» en Irlande

Pointant des «choses qui sont vraiment criardes» dans le jeu des Français, le technicien toulousain prend toutefois pour «référence» la seconde période à Dublin, avec «cette capacité à chercher à renverser la vapeur». «On n'était pas très loin de faire un bon résultat», a-t-il ajouté.

«Il faut les laisser bosser, construire, travailler et avancer, a-t-il estimé. Parler de la Coupe du monde en permanence en mettant ce couperet sur la tête de l'équipe de France à l'heure actuelle, à mon sens ce n'est pas une bonne chose pour eux», a jugé Novès, qui avait décliné le poste de sélectionneur après le Mondial 2011, finalement attribué à Philippe Saint-André.