Pyrénées: Leur fromagerie d'Aulon est détruite par une avalanche, un élan de solidarité se crée sur Internet

SOCIETE Un couple d’éleveurs a tout perdu dans une avalanche à Aulon (Hautes-Pyrénées). Le médaillé olympique de snowboard Paul-Henri de Le Rue a lancé une opération pour les aider...

20 Minutes avec AFP

— 

En janvier 2013, Aulon s'était retrouvé coupé du monde à cause d'un mur de neige sur l'unique route menant à ce tout petit village des Hautes-Pyrénées.
En janvier 2013, Aulon s'était retrouvé coupé du monde à cause d'un mur de neige sur l'unique route menant à ce tout petit village des Hautes-Pyrénées. — Jose Navarro afp.com

Un élan de solidarité, mené par le médaillé olympique de snowboard Paul-Henri de Le Rue, s'est créé autour de petits éleveurs du village d'Aulon (Hautes-Pyrénées), après la destruction de leur fromagerie dans une avalanche.

Aline et Pascal Blanchard, qui produisent environ 400 fromages de brebis par an, «ont tout perdu dans l'avalanche» survenue dimanche, raconte Jean-Bertrand Dubarry, maire de cette petite commune de 85 habitants.

«Tout leur cheptel: 170 brebis, une cinquantaine d'agnelles et trois vaches; la fromagerie, le stock et tout l'équipement», liste le maire, affairé à superviser les entreprises chargées de dégager les «15 tonnes de cadavres d'animaux» que l'avalanche a ensevelies.

Plus de moyen de subsistance

Sans outil de travail, le couple d'éleveurs se retrouve sans moyen de subsistance, après une vingtaine d'années d'activité. Dès le lendemain de l'avalanche, Paul-Henri de Le Rue, médaillé olympique de snowboardcross né dans le département, organise un mouvement de solidarité sur les réseaux sociaux, puis met en place une collecte sur le site spécialisé Leetchi.

Financement participatif sur internet

«Je me porte personnellement garant que les sommes seront intégralement reversées» au couple d'éleveurs, souligne le snowboardeur sur le compte Leetchi, rejoint par plus de 230 personnes au matin du jeudi 5 février. Plus de 8.810 euros ont été récoltés à cette date.

«La priorité est de leur permettre de vivre et de reconstruire leur outil de travail», explique le maire, qui souligne que, pour la petite commune, «le maintien de l'élevage en montagne est aussi une priorité».