Troisième ligne de métro, Aérotram taille XXL: Ce qui va changer à Toulouse

TRANSPORTS EN COMMUN Un troisième ligne de métro qui pourrait aller de Labège à Colomiers, un Aérotram prolongé vers Basso-Cambo mais aussi Montaudran. Les projets de transports en commun prennent un virage...

Hélène Ménal

— 

TissŽo prŽsente ses nouvelles rames de mŽtro rŽnovŽes. 8/03/12 Toulouse Lancer le diaporama
TissŽo prŽsente ses nouvelles rames de mŽtro rŽnovŽes. 8/03/12 Toulouse — FRED SCHEIBER / 20 MINUTES

Les élus qui siègent au Syndicat mixte des transports en commun (SMTC-Tisséo) ont engagé mercredi la révision du Plan de déplacements urbains (PDU). Derrière cette feuille de route, il y a un vrai tournant pour les usagers avec une troisième ligne de métro qui gagne en réalité et un Aérotram dont le périmètre s'envole.

1 - Une troisième ligne de Métro qui irait jusqu'à Colomiers

Jusqu'à présent la troisième ligne de métro toulousaine était une promesse de campagne du candidat Jean-Luc Moudenc (UMP). Elle partait du secteur Montaudran et rejoignait les sites Airbus, via Matabiau et l'Aéroport. Depuis ce mercredi, les études sont lancées pour cette «desserte en mode lourd», envisagée à l'horizon 2025 et baptisée «Toulouse Aerospace Express» (TAE). Un fuseau est à l'étude avec deux options possibles, dont une au nord de la Ville rose. Mais des rallonges sont d'ores et déjà envisagées par les deux bouts pour en faire une ligne carrément métropolitaine.  «Intimement, je suis  persuadé que la ligne devra aller jusqu'à Colomiers», a indiqué Jean-Michel Lattes (UDI), le président de Tisséo, répondant à une inquiétude de Karine Traval-Michelet (PS), la maire de la deuxième ville du département.

Fuseau d'étude pour la troisième ligne de métro toulousaine. - Tisséo/AUAT

2 - Et aussi jusqu'à Labège

A l'autre bout, l'hypothèse Labège est elle aussi dopée puisque, pour la première fois, un abandon du Prolongement de la ligne B (PLB, qui ferait doublon avec la TAE) est évoqué. «Il paraîtrait peu réaliste de prévoir la TAE, si parallèlement il y avait un PLB à quelques centaines de mètres», souligne Jean-Luc Moudenc, président de la Métropole et maire de Toulouse. Si un accord financier et technique est trouvé entre le Grand Toulouse et le Sicoval, il aurait un inconvénient : retarder de deux à quatre ans l'arrivée du métro à Labège. Et un avantage : celui d'offrir une liaison directe et rapide avec Matabiau puis l'aéroport.

L'aérotram, projet de téléphérique toulousain entre l'Université Paul-Sabatier et l'Oncopôle. - Wilkinson Eyre Architects Limited/Tisseo

3 - Un Aérotram grand format

Le temps est loin du petit téléphérique qui permettait d'effacer les coteaux de Pech-David. L'Aérotram lancé par Pierre Cohen, l'ex-maire PS de Toulouse, devait relier l'université Paul-Sabatier à l'Oncopole, via le CHU de Rangueil. A son arrivée à Tisséo, Jean-Michel Lattes avait évoqué l'idée de le prolonger jusqu'à Basso-Cambo et le terminus de la ligne A. Nouveau coup de théâtre mercredi, avec cette autre rallonge envisagée vers Montaudran Aerospace, quitte à faire les choses par étapes.

4 – Mais il faut trouver l'argent

Ces idées ont été lancées  au sein de SMTC-Tisséo dans une ambiance consensuelle. Mais ils n'en sont qu'au stade des études. Et l'affaire va se corser quand il s'agira de les financer. «Si nous faisons le choix de grands investissements de transport d'autres projets métropolitains seront logiquement retardés», souligne Claude Raynal (PS), sénateur-maire de Tournefeuille et chef de file de l'opposition à la Métropole. Concernant la TAE, un projet qu'il trouve «en soi intéressant», il craint que «son coût et ses délais de mise en œuvre» n'en fassent «qu'un simple mirage».