Toulouse: Une députée PS jugée pour s'être (trop) lâchée sur Twitter

JUSTICE Un tweet de campagne sans nuance conduit Martine Martinel au tribunal...

H.M. avec AFP

— 

Martine Martinel, députée socialiste de HauteGaronne.
Martine Martinel, députée socialiste de HauteGaronne. — FRED SCHEIBER / 20 MINUTES

Martine Martinel a reçu sa notification de comparution lundi. La députée socialiste de la Haute-Garonne devra s'expliquer devant le tribunal correctionnel de Toulouse pour avoir publié un tweet qui visait les colistiers de Jean-Luc Moudenc (UMP) pendant la campagne des municipales 2014. Elle est poursuivie pour diffamation.

Elle regrette

Dans son tweet, elle avait accusé les colistiers de Jean-Luc Moudenc d'être antisémites, antimusulmans et homophobes. Des accusations écrites, dit-elle, alors qu'elle était choquée par des «propos détestables et très malvenus» de la part d'électeurs qui l'interpellaient. Et à un moment où la campagne battait son plein dans la Ville rose. Martine Martinel soutenait alors le maire socialiste sortant, Pierre Cohen, finalement battu.

«Je n'aurais pas dû faire ce tweet, ça, c'est évident, reconnaît aujourd'hui celle qui est également conseillère générale. Il avait d'ailleurs été supprimé deux heures après son envoi, mais des personnes avaient fait une capture d'écran».

A 61 ans, la députée précise qu'elle n'avait jusqu'alors jamais eu affaire à la justice.