Aéroport de Toulouse: Nouveau recours contre la privatisation

Economie Avant la première grande manif de samedi, l'avocat des opposants assure que l'Etat lui a caché des documents sur la privatisation. Il a déposé un nouveau recours...

Helene Menal

— 

L'Aéroport Toulouse-Blagnac.
L'Aéroport Toulouse-Blagnac. — Frederic Scheiber/AP/SIPA

Samedi après-midi, le Collectif contre la privatisation de la gestion de l'aéroport de Toulouse-Blagnac, appelle les Toulousains à manifester au départ du Capitole. Mais l'offensive n'a pas lieu que dans la rue.

Car l'avocat des opposants, Christophe Lèguevaques, ne s'avoue pas facilement vaincu. Sa procédure de référé suspension pour «excès de pouvoir» a été rejetée le 30 décembre 2014 par le Conseil d'Etat. Mais le Toulousain estime qu'au cours de ce délibéré, l'Etat a transmis des documents aux magistrats, en omettant de les communiquer à la partie adverse. Christophe Lèguevaques réclame notamment le «pacte d'actionnaires» qui va lier l'Etat et le futur acheteur de 49,99 % du capital de la plateforme, soit le consortium chinois Symbiose. Il a donc déposé ce vendredi «une requête devant la Commission d'Accès aux documents administratifs (Cada), en vue d'obtenir les documents nécessaires à la suite de cette affaire».

 

Le Conseil général dans la mêlée

Les opposants viennent par ailleurs de recevoir un soutien de poids: l'assemblée départementale, qui a voté jeudi à l'unanimité une motion «d'opposition à la privatisation de l'aéroport et au caractère disproportionné de son développement». Les candidats chinois ont dit en effet leur intention de tripler le trafic aérien sur le long terme, ce qui inquiète fortement les riverains et défenseurs de l'environnement.