Colomiers: Les chenilles processionnaires pullulent comme jamais, alors soyez vigilants

SANTE Face à la prolifération de ces chenilles urticantes, la mairie appelle à la prudence et déploie un train de mesures...

Helene Menal

— 

Les chenilles processionnairesdescendent à la la queue leu leu.
Les chenilles processionnairesdescendent à la la queue leu leu. — Free license

De mémoire de Columérin, il n'y a jamais eu autant de ces cocons blancs et soyeux dans les arbres de la commune. «Nous avons l'habitude de traiter le problème des chenilles processionnaires mais, cette fois, le pic d'infestation est vraiment important», confirme Olivier Donnart, le responsable du service des espaces publics à Colomiers. Il ne s'explique pas précisément le phénomène puisque le traitement préventif habituel a été appliqué à l'automne. «Peut-être se sont-elles habituées aux produits, peut-être y a-t-il un rapport avec les conditions météo», avance-t-il.

Des poils urticants

Le fait est que le nombre de nids est exceptionnel. Du coup, deux agents sont perchés en permanence sur une nacelle pour couper et brûler les branches des résineux les plus atteints. Mais la tâche est titanesque et le temps presse «Elles vont probablement commencer à descendre vers la  mi-février, dès qu'il y aura une journée ensoleillée», prédit le technicien.

Comme leur nom l'indique, les chenilles vont cheminer à la queue leu leu le long des troncs pour s'enfouir dans la terre en attendant de devenir papillon.

Le spectacle de ces insectes qui se tortillent sans se lâcher d'un poil ne manquera pas d'amuser les enfants. Et c'est bien ça le problème. Car les poils en question sont urticants, en particulier quand leurs propriétaires se sentent en danger. Ils peuvent entraîner des démangeaisons, des allergies, des brûlures et même des complications en cas de contact avec les yeux. Les petites bêtes peuvent aussi provoquer des nécroses de la langue chez les chiens. C'est pourquoi la mairie de Colomiers a décidé de lancer un appel à la vigilance.

Un éco-piège à chenilles placé à Colomiers. - Mairie de Colomiers

Prévention écolo

Les habitants peuvent faire d'ores et déjà faire des signalements. Dès que les processions commenceront, les agents des espaces verts seront sur le pied de guerre. Ils viendront  avec leur équipement de protection et leurs «chalumeaux» à chenilles. Ils se rendront «en priorité dans les écoles, les crèches et les jardins publics». Pas d'affolement donc.

Pour éviter que le phénomène ne s'amplifie l'année prochaine, la mairie s'est dotée d'éco-pièges : des sacs remplis faisant croire aux chenilles qu'elles sont à destination. Elle va aussi continuer à poser des nichoirs à mésanges. Ces redoutables prédatrices des chenilles processionnaires sont curieusement immunisées contre les poils urticants.