Toulouse: Le zoo de Plaisance s’engage sur le terrain des espèces menacées

BIODIVERSITE Une association a été créée pour soutenir quatre projets de défense d'espèces menacées en Midi-Pyrénées et ailleurs...

Julie Rimbert

— 

Buldo, le rhinocéros du zoo de Plaisance-du-Touch, fait partie des espèces menacées d'extinction.
Buldo, le rhinocéros du zoo de Plaisance-du-Touch, fait partie des espèces menacées d'extinction. — African Safari

Au détour des allées du zoo de Plaisance-du-Touch, les visiteurs peuvent croiser Buldo et Margot, deux rhinocéros blancs, ou encore des makis vari à l'attitude plutôt décontractée.

Ces deux espèces sont en danger d'extinction et le parc, membre de l’Association européenne des parcs zoologiques et aquariums (EAZA), participe aux campagnes de sensibilisation pour leur sauvegarde.

Au-delà du travail fait sur place, ses responsables ont décidé d'œuvrer dans le milieu naturel de plusieurs animaux menacés, que ce soit en Midi-Pyrénées ou dans le monde entier. Pour y parvenir, l’association Zoo de Plaisance-du-Touch Biodiversité vient de voir le jour.

Du desman des Pyrénées au grand hapalémur

«Les bienfaiteurs donnent directement aux projets soutenus par l’association et non au zoo, souligne Sylvie Clavel, la présidente de l’association, également vétérinaire du zoo qui compte près de 80 espèces. Les quatre associations que nous soutenons placent l’éducation des enfants au cœur de leurs projets.» Il s'agit du Conservatoire d'espaces naturels de Midi-Pyrénées, Helpsimus, l’Orphelinat des rhinocéros dans la réserve de Thula Thula et l’EAZA.

La nouvelle association veut agir sur l’éducation  grâce à des actions concrètes, comme la conservation du grand hapalémur, un lémurien menacé à Madagascar, mais aussi l'accueil des rhinocéros victimes du braconnage en Afrique du Sud ou la préservation d’espèces pyrénéennes comme le desman.

Changer les comportements

En soutenant par exemple le Conservatoire d’espaces naturels en Midi-Pyrénées, le zoo compte bien apporter sa pierre à la protection des chauves-souris. «Nous proposerons des ateliers dans notre mini-ferme du zoo pour expliquer comment leur fabriquer des nids ou préserver leur habitat», détaille Sylvie Clavel. Avec l'idée à terme d'en installer même au sein du zoo.

«En soutenant ces projets, nous voulons montrer au grand public qu’en changeant nos comportements, par exemple en consommant moins d’énergie, on peut aider à la préservation d’espèces menacées à l’autre bout du monde», poursuit la vétérinaire.