Handball: Toulouse garde le moral malgré le départ annoncé de Fernandez et Porte

HANDBALL Après Jérôme Fernandez cet été, Valentin Porte quittera Toulouse en 2016. Mais le club toulousain ne veut pas se laisser abattre…

Nicolas Stival
— 
Philippe Dallard, le président du Fenix Toulouse handball, le 15 octobre 2014.
Philippe Dallard, le président du Fenix Toulouse handball, le 15 octobre 2014. — F. Scheiber / SIPA

Après Jérôme Fernandez l’été prochain, le Fenix perdra un autre international français un an plus tard. Montpellier, actuel leader de D1, a annoncé le recrutement de Valentin Porte pour trois années à partir de septembre 2016. L'arrière ou ailier droit du Fenix (24 ans), qui bénéficiait d'une clause pour quitter Toulouse dès cet été, va donc encore évoluer pendant 18 mois dans son club formateur.

«Une super nouvelle pour le Fenix»

Et c’est cela que veut retenir Philippe Dallard. «Valentin reste la saison prochaine, c’est une super nouvelle pour le Fenix, réagit le président du club. Il ne fait pas jouer sa clause, on s’en doutait. C’est une preuve de confiance dans notre club, dont le projet est sur les rails.»

Lundi, lors de la présentation de ses vœux à la presse, le patron du dixième budget de D1 (trois millions d’euros) avait indiqué: «Le club n'est sans doute pas formaté pour avoir quatre internationaux français dans ses rangs.» A la triplette Fernandez-Porte-Dumoulin, qui dispute actuellement le Mondial au Qatar, il faut en effet ajouter le gardien Wesley Pardin.

«On a 18 mois pour trouver un remplaçant et former le nouveau Valentin»

Mardi, Dallard précisait: «L’ADN du club, c’est de former des jeunes comme Wesley ou Valentin. On a 18 mois pour trouver un remplaçant et former le nouveau Valentin.» Dans l’avenir, Toulouse compte s’appuyer sur sa pouponnière, riche en promesses, dont Tom Nozeran, Aymeric Minne, ou Enzo Peyrot.

Le Fenix veut aussi recruter d’autres excellents jeunes dans toute la France, qu’il associera à des éléments expérimentés. «Nous avons rarement eu autant de demandes de joueurs intéressés pour venir jouer chez nous», assure Dallard. Malgré les départs annoncés de son ambassadeur (Fernandez) puis de son plus fort potentiel (Porte), le patron de l’actuel neuvième de D1 fait donc bonne figure.

Le président toulousain remonté contre Montpellier

Mais s’il comprend le choix de son arrière ou ailier droit, désireux de disputer la Ligue des champions, Dallard a moins apprécié la communication, extrêmement précoce, de Montpellier. «Je vois que certains clubs prennent des méthodes d’autres sports, regrette-t-il. Je suis étonné de voir cette annonce venir du patron des patrons...»

 Bienvenue @ValHand28 # fier de le compter au @Mahb # nefairequ1#
— Remy Levy (@remy_levy) January 20, 2015


En effet, Rémy Lévy, le président du leader héraultais, dirige aussi l'Union des clubs professionnels de handball.