Toulouse: Les anciens militants du Front National à la barre

JUSTICE Assignés par le FN, les époux Portheault, ex-militants, ont comparu ce lundi devant le tribunal correctionnel de Toulouse pour diffamation...

Julie Rimbert
— 
Thierry Portheault et son épouse Nadia étaient poursuivis par le Front National pour diffamation.
Thierry Portheault et son épouse Nadia étaient poursuivis par le Front National pour diffamation. — Julie Rimbert

Leur militantisme au Front National 31 les aura menés devant le tribunal correctionnel de Toulouse. Thierry Portheault, 42 ans, et sa femme Nadia, 27 ans, étaient jugés lundi pour diffamation envers le parti de Marine Le Pen.

Tête de liste du Front National aux élections municipales dans la commune de Saint-Alban, Nadia Portheault avait retiré sa candidature quatre mois avant le scrutin, choquée par le racisme et l'homophobie qui régnaient au sein de la fédération départementale.

Procès politique contre stigmatisation du FN

«Les propos de certains militants m'ont écœuré alors que nous étions séduits par le discours de Marine Le Pen, raconte Nadia Portheault à la barre du tribunal. J'ai écrit à la présidente du Front National pour lui demander de faire le ménage dans la fédération mais je n'ai jamais eu de réponse de sa part. Comme j'avais déjà commencé à faire campagne à Saint-Alban, j'ai accordé une interview à un journal local pour informer les électeurs de cette commune de ce qui se disait vraiment au FN 31.»

Le 4 novembre 2013, les époux Portheault rapportent les blagues racistes et les commentaires xénophobes observés sur les réseaux sociaux dans un entretien accordé à l'hebdomadaire La Voix du Midi.

Le FN demande un euro

Pour David Dassa-Le Deist, l'avocat du parti frontiste, c'est le Front national qui est visé dans l'article de presse et non la fédération départementale. «Je peux comprendre la déception vis-à-vis du parti mais cela n'autorise pas à dire tout et n'importe quoi, a-t-il plaidé. Le FN est ainsi stigmatisé et mis en cause par des propos très graves. Les époux Portheault rapportent d'ailleurs des paroles, sans jamais nommer précisément ceux qui les auraient prononcées. Il n'y a pas de preuve de ce qu'ils disent.» Le conseil du Front National a demandé un euro de dommages et intérêts.

Verdict le 26 février

Des arguments rejetés par l'avocate du couple qui rappelle que cette action en justice a été intentée en campagne préélectorale. «Nadia Portheault est de bonne foi, elle a voulu avoir un débat public sur ce qui se disait au sein du FN 31, précise Frédérique Pujol-Suquet. Avec ce procès en diffamation, on veut museler des citoyens. C'est un procès politique». L'avocate souligne également que le couple a sorti en mars 2014 un livre intitulé Revenus du Front, où ils racontent leur désillusion. «Et cette fois, le FN n'a pas attaqué cet ouvrage en diffamation».

Le conseil du couple a demandé la relaxe et 2.000 euros de dommage et intérêt au parti dirigé par Marine Le Pen. Le jugement a été mis en délibéré au 26 février.

Rédacteur en chef de La Voix du Midi, Pascal Pallas, était ce lundi sur le banc des prévenus pour «complicité de diffamation». La justice lui reproche d'avoir repris certaines affirmations du couple Portheault dans son interview du 4 novembre 2013. Mais le procureur n'a requi aucune peine contre lui.