Toulouse: Il crache sur sa victime, l'ADN le trahit

FAITS-DIVERS Un homme a été condamné à 18 mois de prison ferme. Cet agresseur avait craché sur sa victime. Son ADN a «matché»...

H.M.
— 
Un opérateur manipule un extracteur d'ADN. Archives..
Un opérateur manipule un extracteur d'ADN. Archives.. — M.LIBERT/20 MINUTES

Quand on a un casier judiciaire long comme le bras, un simple crachat peut virer à «la faute professionnelle». Un agresseur de quarante ans l'a appris à ses dépens comme le relate La Dépêche du Midi dans son édition de lundi. L'homme a été jugé vendredi devant le tribunal correctionnel de Toulouse.

Le geste de trop

Les faits remontent à novembre 2013, quand le prévenu et ses comparses, en voiture en pleine nuit devant la gare Matabiau, «flashent» sur une automobiliste. Ils draguent lourdement la jeune aide-soignante de retour du travail. Elle «trace» et se dépêche de rentrer à son domicile. Mais les excités la suivent et l'agressent devant chez elle. Selon le quotidien régional, ils la mettent à terre, la frappent et l'insultent. Et pour finir, le conducteur lui crache dessus. C'est l'ADN contenu dans ce crachat  qui va «matcher». Il faut dire que l'individu avait déjà été condamné à quatorze reprises.

Faute de preuve pour incriminer ses complices, il a comparu seul. Le tribunal lui a infligé dix-huit mois de prison ferme. Il a été écroué.