Midi-Pyrénées: Un Lotois, inconditionnel de Charlie Hebdo, prête sa collection à la mairie de son village

CHARLIE HEBDO Le village lotois de Gourdon expose 800 Unes du journal satirique grâce à un de ses habitants, fidèle lecteur...  

20 Minutes avec AFP

— 

La une du numéro paru avant l'attentat. Credit:Xavier Francolon/SIPA/1501071325
La une du numéro paru avant l'attentat. Credit:Xavier Francolon/SIPA/1501071325 — SIPA

Il se dit «un peu anar sur les bords». Mais il vire «conservateur» quand il s'agit de collectionner les Charlie Hebdo. Marc Tourland, 73 ans, vient de prêter sa collection complète, amassée les débuts du journal satirique en 1992, à la mairie de son village de Gourdon, dans le Lot.

Un village solidaire et insolent

Ce bourg de 4.400 âmes, situé à 150 km au nord de Toulouse, expose depuis mardi et pour une durée d'une semaine 800 Unes de Charlie Hebdo dans une salle municipale. «Cette abomination a un peu traumatisé tout le monde. Etant détenteur d'une grande quantité de Charlie Hebdo, il m'a semblé évident de les montrer», déclare le collectionneur, un ancien photographe, qui a aussi été marbrier funéraire puis agent immobilier.

 

 

La maire du village, où un rassemblement en hommage aux victimes des attentats de Paris a réuni 500 personnes samedi, a tout de suite accepté la proposition. «Gourdon est une commune où il fait bon vivre, où il y a un important tissu associatif et une forme de tolérance des uns envers les autres», assure Marie-Odile Delcamp (PS), ajoutant : «nous avons la chance d'avoir eu (le chanteur) Léo Ferré comme habitant, dans les années soixante, et l'esprit du village est teinté d'insolence, contre la bien-pensance ambiante».

Mardi, en fin d'après midi, une centaine de personnes avait déjà visité l'exposition. «Certains ont passé plus d'une heure à flâner», indiquait Marc Tourland qui s'attend à une grande affluence ce week-end.  Il y a bien un habitant dans le village qui n'était pas d'accord avec l'exposition. «On lui a dit qu'il était libre de ne pas venir», glisse Marie-Odile Delcamp.