Midi-Pyrénées: Martin Malvy ne briguera pas un nouveau mandat à la tête de la région

POLITIQUE Le président socialiste de la région Midi-Pyrénées confirme qu'il ne participera pas aux élections en fin d'année...

B.C.

— 

Martin Malvy, lors de son élection à la tête de la région Midi-Pyrénées, en 2010.
Martin Malvy, lors de son élection à la tête de la région Midi-Pyrénées, en 2010. — A. GELEBART / 20 MINUTES

C'est officiel. Martin Malvy, 79 ans en février, ne briguera pas un quatrième mandat à la tête de la région.

Après trois mandats à la tête du conseil régional de Midi-Pyrénées, le socialiste aurait donc décidé de ne pas solliciter les voix des électeurs pour présider la nouvelle grande région Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon, née de la réforme territoriale, en fin d'année.

Entré en politique en 1970, en 2010, avec plus de 67 % des voix, il est le président de région «le mieux réélu de France». 

Quels successeurs à gauche

Même si l'élection régionale de fin d'année est loin d'être jouée d'avance, la droite ne cachant pas ses ambitions, au PS ils devraient être nombreux à se porter candidat. Sortant en Languedoc-Roussillon, le PS Damien Alary devrait être sur les rangs.

En Midi-Pyrénées, le nom de l'actuelle secrétaire d'Etat au commerce, à l'artisanat et à l'économie sociale et solidaire, Carole Delga, circule depuis plusieurs mois après la disqualification de Kader Arif, dont les membres de la famille sont mis en cause dans une affaire de passations de marchés, notamment avec la région.