Toulouse: Une année 2014 torride, marquée par des records de chaleur historiques

METEO Automne quasi estival, hiver doux et gelées discrètes. A Toulouse, l'année 2014 entre dans les annales de Météo France...  

Helene Menal

— 

Des Toulousains prennent le soleil sur les berges de la Garonne.
Des Toulousains prennent le soleil sur les berges de la Garonne. — F. Lancelot - Sipa

Chaud derrière ! Alors qu'un froid piquant s'est installé, autant se réchauffer avec une petite séquence nostalgie sur le ciel de l'année 2014 à Toulouse qui, Météo France l'affirme, «restera dans les annales». D'abord parce qu'il a fallu attendre le 31 décembre pour relever la température la plus basse de l'année: - 5°C sous abri en début de matinée. D'ailleurs il n'y a eu qu'une dizaine de gelées nocturnes (un record, à égalité avec 2002) alors qu'on en relève 32 en moyenne au cours d'une année «normale».

Un automne hors normes

Globalement, avec 15 °C de moyenne générale, 2014 se place au troisième rang des années les plus chaudes depuis que les relevés existent dans la Ville rose, soit depuis 1922 pour la station de Francazal et 1947 pour celle de Blagnac. Elle fait presque jeu égal avec 2001 même si la palme revient toujours à 2003 avec son été caniculaire. Mais l'automne 2014 n'a pas d'équivalent. «Il a été exceptionnel avec des températures très nettement supérieures à la normale pendant trois mois consécutifs, selon le prévisionniste Pascal Boureau. Des records de chaleurs ont été battus en octobre et novembre».

Et, cerise sur le gâteau, 2014 a aussi été bien arrosée avec un excédent de précipitation sur le département de 10 à 20 % par rapport à la normale, écartant pour une fois tout risque de sécheresse.