Grève des médecins: Prière de ne pas tomber malade à Toulouse durant les fêtes

SANTE La grogne contre le projet de loi de Marisol Touraine se traduit par la fermeture des cabinets du 23 au 31 décembre...

Béatrice Colin
— 
Les médecins généralistes sont appelés à fermer leur cabinet durant les fêtes de Noël
Les médecins généralistes sont appelés à fermer leur cabinet durant les fêtes de Noël — V. WARTNER / 20 MINUTES

La crise de foie ou l'épidémie de gastro-entérite risquent d'avoir du mal à passer. Les médecins généralistes sont en colère et ils comptent bien le faire savoir. Les principaux syndicats ont appelé à la grève durant les fêtes de Noël, entre le 23 décembre et le Nouvel An, pour dénoncer le projet de loi de la ministre de la Santé, Marisol Touraine.

La grève devrait être suivie à Toulouse

De nombreux cabinets libéraux de Toulouse et du département devraient suivre le mouvement, avant une manifestation le 5 janvier dans les rues de la Ville rose aux côtés des praticiens et représentants des cliniques privées qui se mettront en grève ce jour-là.

«Le projet prévoit une perte de liberté et d'indépendance qui nous fait peur, on va vers une étatisation et une financiarisation du système. C'est aussi la fin du secret médical» , critique Jérôme Marty, médecin à Fronton et président de l'Union française pour une médecine libre qui s'attend à voir de nombreux cabinets médicaux rester portes closes. «Ici, SOS Médecins nous a indiqué qu'ils allaient fermer leur standard», poursuit le médecin. 

Les urgences, c'est le 3966

Pour l'heure, le préfet de Haute-Garonne n'a pas encore indiqué s'il allait procéder à des réquisitions de médecins pour assurer la permanence des soins. Et éviter la sursaturation des urgences déjà débordées et qui seront aussi en grève le 22. Le site de l'Agence régionale de santé de Midi-Pyrénées devrait donner aux malades désemparés le meilleur moyen de trouver une solution, avec toujours la possibilité d'appeler le 3966, Allô docteur.

Mercredi, Marisol Touraine a tenté de «rassurer les Français». «Ceux qui seront malades trouveront à se faire soigner», a-t-elle déclaré sur France 2.

Les cliniques à partir du 5 janvier

Par contre, il sera compliqué de trouver des solutions à tous les patients en attente d'opérations. A partir du 5 janvier, de nombreuses cliniques seront fermées et ont déprogrammé les opérations.

«C'est historique que des praticiens et des établissements créent un tel mouvement. Ce projet remet en cause la participation des établissements privés aux missions de service public», regrette Philippe Cuq, président du syndicat Le Bloc et président de la Société française de chirurgie ambulatoire.

Pour ce chirurgien toulousain spécialisé en cardio-vasculaire, ce projet est la goutte d'eau. «A Toulouse, les urgences sont assurées par le CHU, mais aussi par les cliniques comme celles de l'Union ou Saint-Jean-Languedoc. En tant que chirurgien, j'examine ces patients au tarif de la Sécurité sociale, alors que normalement j'exerce en secteur 2. La loi de Marisol Touraine fera que mon établissement ne pourra plus prendre d'urgences», déplore ce syndicaliste.

Il va falloir prendre son mal en patience.