Toulouse: Ce qui va changer dans les tarifs des parkings

SOCIETE A partir du 1er janvier 2015, le tarif de nuit plafonné à 5 euros fera son grand retour dans les parkings concédés. Ceux-ci appliqueront aussi une facturation au quart d'heure...

Hélène Menal
— 
Tous les parkings exploités par Vinci sont concernés.
Tous les parkings exploités par Vinci sont concernés. — Fred.Scheiber

Les règles du jeu vont changer dans les parkings. Qui va y gagner, au détriment de qui? Les dessous d'une négociation compliquée...

Le retour du tarif de nuit

A compter du 1er janvier 2015, le tarif de nuit forfaitaire concernera les douze parkings gérés par Vinci Park ainsi que celui de Jeanne-d'Arc exploité par Q-Park. Plafonné à 5 euros, il s'appliquera de 19h30 à 3h du matin. Sur cette tranche horaire un usager du parking du Capitole paie actuellement 15,80 euros. Evidemment, si le noctambule fait un passage éclair et que la tarification horaire s'avère plus avantageuse pour lui, le forfait ne lui sera pas appliqué.

Un coup politique pour le maire

«En période de crise et pour une grande ville comme Toulouse, l'économie la nuit , ça compte», savoure Jean-Luc Moudenc (UMP) qui négocie depuis son élection avec les gestionnaires pour honorer cette promesse de campagne.

Le tarif de nuit (4 euros à l'époque) avait été supprimé par son prédécesseur socialiste Pierre Cohen qui refusait de subventionner une entreprise privée et voulait dissuader les Toulousains de prendre leurs voitures. La suppression assumée avait créé un émoi chez les noctambules et même suscité la création d'un groupe Facebook.

Vinci avait corsé la note

Le coût de mesure est estimé à 600.000 euros par an. Mais Vinci ne demandera rien à la collectivité. Car un litige est apparu en octobre 2012 entre la mairie et l'exploitant. La première reproche au second une «erreur» dans l'application des formules mathématiques qui fixent les tarifs.

Du coup, depuis plus de cinq ans, les usagers payent trop cher. Selon Pierre Trautmann, l'adjoint en charge des délégations de service public, le «trop payé» s'élève à 3,8 millions d'euros pour les cinq dernières années. L'élu se fait fort de le récupérer devant le tribunal administratif. Quant au trop-perçu à venir, il financera donc le tarif de nuit.

Une tarification au quart d'heure

La tarification au quart d'heure est l'autre nouveauté qui interviendra au 1er janvier, avec six mois d'avance sur l'échéance fixée par la loi. Ce sera une opération blanche pour les finances des exploitants des parkings. Mais selon les calculs de la mairie, 60% des usagers feront des économies. Et donc 40%, essentiellement les conducteurs de voitures ventouses, y perdront.