Blagnac: Les derniers avions arrivent au futur musée Aéroscopia

AERONAUTIQUE Le grand public pourra découvrir le nouveau musée à partir du 14 janvier prochain...

Beatrice Colin

— 

Le Concorde et la Caravelle ont rejoint le musée Aéroscopia le 9 décembre 2014 avant son ouverture le 14 janvier 2015.
Le Concorde et la Caravelle ont rejoint le musée Aéroscopia le 9 décembre 2014 avant son ouverture le 14 janvier 2015. — B. Colin / 20 Minutes

Leur rêve prend forme. Après des années d'attente, les fanas toulousains d'aéronautique observent d'un œil attentif les avancées d'Aéroscopia, le futur musée de l'aéronautique qui ouvrira ses portes au grand public le 14 janvier, avec quelques mois de retard.

Ce mardi, deux nouveaux avions ont rejoint leur dernier bercail: le Concorde et la Caravelle qui seront exposés à l'extérieur. Ces deux exemplaires sont loin d'être de simples coucous: le Concorde «Fox Charlie» a été le dernier à voler dans le ciel français. Le musée possédera d'ailleurs deux exemplaires du Supersonique puisqu'à l'intérieur, un exemplaire ayant servi aux essais pourra être visité par le grand public.

La Caravelle est aussi un exemplaire qui a fait date puisque c'est la dernière à être sortie des chaînes d'assemblage en 1973. 

110.000 visiteurs attendus

«L'idée de ce musée est de montrer l'arbre généalogique de l'aéronautique», assure Bernard Keller, le maire de Blagnac qui a mis au pot 4,7 millions d'euros dans ce projet de 16,15 millions.

A l'intérieur du hall d'exposition de 7.000 m2, les 110.000 visiteurs attendus la première année pourront circuler à l'intérieur du Super Guppy. Dans le ventre de cet avion-cargo, une petite salle de projection est en cours d'installation.

«L'aménagement intérieur de l'A300 B, tout en transparence, va permettre aux visiteurs de découvrir les soutes, mais aussi la façon dont est câblé un avion, son fuselage», explique Vicenta Molinero de la société Manatour, gestionnaire du musée qui propose aussi des visites des chaînes d'assemblage.

Au total, 27 avions vont être exposés à l'intérieur du hall ou en extérieur, que ce soit un Blériot XI, un Falcon 10, un Fouga Magister ou un Mirage. Certains appartiennent à Airbus, d'autres aux Ailes anciennes.

 

L'association conservera à quelques mètres de là son propre lieu d'exposition où un atelier de restauration va voir le jour l'an prochain pour que les amateurs puissent voir comment un avion est construit. Notamment comment on répare des avions rares, comme ce Bréguet 941 construit à Toulouse en 1960.