Toulouse: «Au Goût des autres» élu meilleur restaurant de l'agglomération

GASTRONOMIE Avec son «petit» restaurant de Belberaud, le chef Maxime Delbosc se hisse dans le gratin des toques toulousaines en remportant le prix Lucien Vanel...  

Helene Menal

— 

Maxime Delbosc, le chef du Goût des autres, lauréat 2014 du Prix Lucien Vanel.
Maxime Delbosc, le chef du Goût des autres, lauréat 2014 du Prix Lucien Vanel. — AlineGB

Depuis ce mardi matin, le téléphone n'arrête pas de sonner au Goût des autres, le «petit restaurant de supermarché» de Maxime Delbosc. Le terme est du chef lui-même qui dit les choses comme elles sont: son restaurant de Belberaud est accolé à la galerie marchande du Super U de la commune. Ouvert il y a deux ans à peine, il est excentré et son architecture pas franchement sexy.

Autant dire que son patron allait «en touriste» lundi soir à la soirée du prix Lucien Vanel qui, depuis huit ans, récompense le gratin de la gastronomie toulousaine. La surprise et «l'émotion» n'en ont été que plus grandes. Au Goût des autres a été du goût de tout le monde. A 34 ans, Maxime Delbosc gagne à la fois le prix décerné par les professionnels et celui du public, une première dans l'histoire du palmarès.

Racines aveyronnaises

Le cuisinier pâtissier n'est pas un inconnu à Toulouse. A ses débuts, il a fait ses armes chez Emile, place Saint-Georges, puis aux Jardins de l'Opéra, aux côtés de Dominique Toulousy. Plus tard, il a été second au restaurant En Marge, premier lauréat du prix Vanel.

«Ma cuisine est une cuisine de l'instant. Nous nous remettons en cause tous les jours en fonction des produits que me proposent mes fournisseurs», explique ce Toulousain qui met une pincée de ses racines aveyronnaises dans sa cuisine. En finesse toutefois. «Il n'y a pas d'aligot à la carte, précise-t-il. Mais je me souviens de ma grand-mère qui faisait mijoter des lapins ou des poulets dans sa ferme de l'Aveyron. Elle ne m'apprenait pas vraiment à cuisiner mais j'étais là, à côté d'elle, et je reproduis aujourd'hui des saveurs et des odeurs».

Le chef est en train d'acheter un terrain à Escalquens où il compte ouvrir un nouvel établissement.