Toulouse: Le groupe pharmaceutique Pierre Fabre va supprimer 551 emplois

ECONOMIE Le groupe Pierre Fabre cible les activités recherche et développement (R&D) mais aussi commercialisation de sa branche médicament...

Nicolas Stival

— 

Les locaux de Pierre-Fabre sur le site de l'Oncopole de Toulouse.
Les locaux de Pierre-Fabre sur le site de l'Oncopole de Toulouse. — FrŽdŽric Scheiber/20MINUTES

Le groupe pharmaceutique Pierre Fabre a annoncé ce mardi au comité central d'entreprise son intention de supprimer 551 emplois, dont 534 en France, dans les activités recherche et développement (R&D), mais aussi commercialisation, de sa branche médicament. Cette restructuration entre dans le cadre du nouveau plan stratégique «Trajectoire 2018» de la société dont le berceau historique se situe à Castres, dans le Tarn.

«Accélérer le développement à l’international de la branche dermo-cosmétique»

«Le projet vise à rééquilibrer économiquement les deux branches d’activités du groupe et à accélérer le développement à l’international de la branche dermo-cosmétique, indique l’entreprise dans un communiqué. Il comprend un important projet de transformation des activités de R&D et de commercialisation de la branche pharmaceutique.»

Le troisième laboratoire pharmaceutique français dont le président fondateur Pierre Fabre est décédé le 20 juillet 2013, emploie 10.000 personnes dont le monde, dont 6.500 en France. Il a franchi le seuil des 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires l'an dernier. Mais l'essentiel de sa croissance (+1,6% sur 2012, +5,4% à taux de change constant) se concentre sur sa branche dermo-cosmétique, qui pèse 55% du total.

La branche pharmaceutique «aujourd’hui très fragilisée»

En revanche, la branche pharmaceutique «est aujourd’hui très fragilisée», indique le communiqué. «Depuis 2009, le chiffre d’affaires réalisé par la branche pharmaceutique en France dans le médicament éthique (hors oncologie) a diminué de 100 millions d’euros», relève le document.

Conséquences? Les effectifs de la R&D de la branche pharmaceutique, qui devraient rester concentrés en Midi-Pyrénées (Toulouse-Oncopole, Castres et Gaillac) et en Haute-Savoie (Saint-Julien-en-Genevois), vont fondre de 272 personnes (dont 255 en France) d’ici 2016. Dans les réseaux de commercialisation de la branche en France, les effectifs baisseront dans le même temps de 279 unités. Soit un total de 551 personnes en moins, dont 534 dans notre pays.

Le Tarn préservé?

Le groupe Pierre Fabre veut «limiter au maximum les départs contraints» grâce à des «dispositifs incitatifs à la mobilité interne et externe et à des reconversions professionnelles».

Son directeur général, Bernard Parmentier, assure que la société «continuera à mener toutes ses activités de recherche et de fabrication en France, notamment dans le Sud-Ouest et tout particulièrement dans le Tarn qui est depuis toujours et restera notre territoire d’ancrage.»