Handball: Pour Valentin Porte, Toulouse va «devoir jouer le maintien»

SPORT L'arrière droit international de Toulouse propose une analyse sans concession de la situation du Fenix, qu'il quittera peut-être en fin de saison...

Propos recueillis par Nicolas Stival

— 

Valentin Porte, l'arrière droit du Fenix Toulouse, avant le match de D1 de handball entre le Fenix et Dunkerque, le 24 septembre 2014 .
Valentin Porte, l'arrière droit du Fenix Toulouse, avant le match de D1 de handball entre le Fenix et Dunkerque, le 24 septembre 2014 . — F. Lancelot / Sipa

Après avoir raté trois matchs à cause d’une déchirure aux abdominaux, Valentin Porte fait son retour dans l’effectif toulousain. Auteur d'une excellente saison 2013-14, le Fenix n'occupe aujourd'hui qu'une modeste neuvième place en D1. L'équipe aura bien besoin de son arrière droit international de 24 ans pour sortir de sa morosité actuelle. Et cela dès mercredi à Aix.

Comment va le Fenix après la claque à domicile contre Istres, la lanterne rouge?

Cette défaite a fait vraiment mal à la tête. Elle nous a mis devant la vérité. Cette saison, on ne pourra pas viser ce qu’on voulait. Tout le monde le pensait déjà un peu. Mais ce match nous a prouvé qu’on en était loin. Nous allons devoir jouer le maintien.

Comment voyez-vous la suite de la saison?

Plus la saison va avancer, plus ça va être compliqué avec l’effectif dont on dispose. Pour l’instant, on a eu de la chance car il n’y a pas eu beaucoup de blessés. Mais l’hiver est rude pour les sportifs. Si on commence à avoir quelques soucis, ça va devenir très, très compliqué. Mais nous allons nous serrer les coudes et cela va nous faire du bien. Il faut retrouver des valeurs que nous avons un peu oubliées, comme la combativité.

L’«affaire» Jérôme Fernandez perturbe-t-elle le groupe?

On sait très bien que dans le sport comme ailleurs, il y a des choix à faire. Si Jérôme part, ce sera un coup dur pour Toulouse, mais ça fait partie de la vie. De notre côté, nous faisons notre boulot.

Sur le plan personnel, comment vous sentez-vous?

Bien. J’ai du temps de jeu à Toulouse et l’impression de progresser. Après, j’ai toujours dit que je voulais jouer l’Europe. J’y ai goûté un peu avec le Fenix. Cela a été court mais c’était une bonne expérience. Je veux y goûter de nouveau, et connaître le très haut niveau.

Pensez-vous partir dès l’été prochain?

J’ai une clause (libératoire) dans mon contrat. J’ai dit à mon président [Philippe Dallard] que je n’avais pas encore décidé si je serai Toulousain ou pas la saison prochaine. Je peux très bien finir mon contrat ici [jusqu’en juin 2016], avec grand plaisir, comme partir. Je ferai ce que je pense être le mieux.

Vous aviez été la révélation de l’Euro 2014. Comment voyez-vous le Mondial 2015, en janvier au Qatar, pour lequel vous êtes présélectionné?

L’équipe de France nous a habitués à toujours vouloir gagner. Nous sommes champions d’Europe en titre, donc il y a une double pression. Evidemment, on visera la victoire. Mais cela sera compliqué. Déjà, je vais essayer d’être sélectionné pour ce Mondial qui s’annonce énorme.