Toulouse: Un étudiant invente «l'artfunding» pour une bonne cause

INSOLITE Un jeune Toulousain teste le financement participatif appliqué aux œuvres d'art. En plus, il va bénéficier à la lutte contre le cancer...  

Helene Menal

— 

Voilà à quoi va ressembler la première œuvre d'Artfunding
Voilà à quoi va ressembler la première œuvre d'Artfunding — Renaud Lacorte - PSRI

Tandis que le crowfunding, le financement participatif via Internet, tisse sa toile, un étudiant de Toulouse business School (TBS), vient d’y apporter une dimension artistique. C’est dans le cadre de ses études que Jonathan Ernie a inventé l’artfunding.

«Je travaillais sur les moyens de financement et j’ai pensé qu’une œuvre d’art, et la motivation du public pour son achèvement, pouvait être fédératrice», explique l’étudiant. Et comme il n’avait pas spécialement envie d’offrir de l’argent à une entreprise pour tester son idée, il s’est trouvé une bonne cause. L’association PSRI (Promotion, Santé, Recherche et Innovation) en l’occurrence, qui œuvre contre le cancer.

3.404 cubes de bois

C’est ainsi qu’est née l’opération Karkara. Elle consiste à créer une immense «toile» : un crabe géant, symbolisant le cancer et formé de 3.404 cubes de bois. Ce sont ces petits blocs qui sont mis à la vente. Pour 15 euros, le donateur fait non seulement une bonne action mais il apporte sa touche puisqu’il doit choisir un court message à graver sur son bloc.

Une centaine de cubes a déjà été achetée. «Certains messages s’adressent à des patients, d’autres sont des citations qui n’ont rien à voir avec le cancer. Quelqu'un a même fait inscrire le nom de son chat», confie Renaud Lacorte, l’artiste du projet. Quand sa toile sera complétée, elle devrait être accrochée dans un lieu symbolique. PSRI est en négociation pour l’exposer à l’Oncopole, dans le hall du tout nouvel Institut universitaire du cancer.