Toques en stock

GASTRONOMIE Quand Michel Sarran met la main à la pâte, cela ne manque pas de piquant. En ce moment, il mitonne les...

Clémence Nayrac

— 

Michel Sarran marche à la passion : des cigares, de la course, de la cuisine, que Nougaro appréciait.
Michel Sarran marche à la passion : des cigares, de la course, de la cuisine, que Nougaro appréciait. — Frédéric Scheiber / 20 Minutes

Quand Michel Sarran met la main à la pâte, cela ne manque pas de piquant. En ce moment, il mitonne les Rencontres internationales de la gastronomie, dont la deuxième édition a débuté hier à Toulouse. « On attend 1 500 personnes. J'aimerais montrer qu'il n'y a pas de concurrence entre chefs. La cuisine, c'est la culture, les goûts et les envies de chacun. Tout ça est très complémentaire ! » Le chef deux étoiles est tombé dans la marmite quand il était petit. « C'est grâce à ma mère que j'ai ce goût pour les saveurs. » Lorsque Mme Sarran décide de transformer la maison familiale du Gers en restaurant, le jeune étudiant en médecine plaque tout pour passer derrière les fourneaux. Aujourd'hui, c'est Françoise, sa femme, qui l'épaule au quotidien et accueille en salle le gratin toulousain qui, à l'image de Claude Nougaro, laisse parfois un souvenir. « Sans elle, je n'aurais sûrement pas fait tout cela », confesse le cuisinier. Et quand elle demande à cet amateur de cigares de rendre le restaurant non-fumeur, il s'exécute.Michel Sarran a peu à peu coiffé une nouvelle toque, celle de chef d'entreprise. « Tous les matins, je me précipite sur mes ordinateurs, ça m'amuse ce côté business ! » Ce grand enfant de 45 ans a une foule de projets en tête. « J'ai besoin de courir après quelque chose, j'espère toujours mieux. » Dernier caprice en date ? Le marathon de New York en 2006. « Je me suis préparé pendant de longs mois », explique-t-il fièrement. Le sport, c'est comme sa vie, une « belle histoire de copains » avant tout. Il retrouve souvent les siens pour des troisièmes mi-temps de rugby animées. « Ce goût de la fête : c'est ce qui réunit la cuisine et le rugby comme aussi la rigueur, le travail et l'humilité. » Il a d'ailleurs accroché un maillot du Stade toulousain dans son bureau où il passe de plus en plus de temps. « Parfois, j'ai l'impression que les choses m'échappent, surtout en ce moment ! » Alors pour reprendre la main, il se concocte des vacances épicées en famille. Peut-être en Inde...