Toulouse: Ali Ahamada, un gardien titulaire en CDD?

FOOTBALL Un certain flou règne dans la hiérarchie des gardiens du TFC…

Nicolas Stival

— 

Le gardien du TFC Ali Ahamada contre Metz en Ligue 1, le 8 novembre 2014 au Stadium de Toulouse.
Le gardien du TFC Ali Ahamada contre Metz en Ligue 1, le 8 novembre 2014 au Stadium de Toulouse. — F. Lancelot / SIPA

Dimanche à Montpellier, il n’y aura pas de surprise dans les buts du TFC. Etonnant titulaire lors du dernier match de Ligue 1 contre Metz (3-0), Ali Ahamada débutera dans l’Hérault. «Ali a été important sur ce match, indique l'entraîneur Alain Casanova. Il a été peu sollicité, mais il a bien fait ce qu’il avait à faire. A lui de confirmer dimanche.»

Proche du Franco-Comorien, Adrien Regattin propose une analyse un peu différente pour une conclusion similaire. «Ali a fait deux beaux arrêts contre Metz, qui nous permettent de rester dans le match, relève le milieu offensif. Si on n’a pas encaissé de but, il y est pour beaucoup.»

Placardisé depuis janvier et l’arrivée de Zacharie Boucher du Havre, Ahamada, capable des plus beaux exploits comme d’incroyables erreurs, avait aggravé son cas en octobre, en livrant ses états d’âme dans L’Equipe. Le portier numéro 3 des Violets, derrière Boucher et Marc Vidal, est pourtant redevenu titulaire lorsque Casanova a voulu créer un choc psychologique contre Metz, après quatre revers de rang.

«C'est à Ali de confirmer»

«Ali doit nous aider à bien terminer la phase aller», lâche le technicien du TFC. Cela signifie-t-il que le portier de 23 ans est redevenu le numéro 1, au moins jusqu'à la trêve de Noël? 

«Non, réplique Casanova. On gagne le droit d’être titulaire en fonction de la performance en match, de sa semaine d’entraînement et des caractéristiques de l’adversaire. Pour un gardien, c’est un peu différent. L’équipe, le club et moi-même avions besoin d’assurances. Ali sait très bien que Metz a été important pour gagner cette confiance. Mais je le répète, c’est à lui de confirmer.»

Boucher «ne vit pas très bien la situation»

Selon l’entraîneur, une prolongation du contrat du «revenant», qui expire en juin 2015, n’est pas à l’ordre du jour. «On n’en est pas là», tonne-t-il, alors que la gourmandise du gardien lors de précédentes négociations est à l’origine des désaccords avec ses dirigeants.

Et Boucher, le titulaire déchu, où en est-il? «Il ne vit pas très bien la situation, c’est le contraire qui serait inquiétant, reprend Casanova. Il sait ce qu’on attend de lui. Il y a une remise en question obligatoire. Il doit travailler encore mieux et se tenir prêt si on a besoin de lui, comme Marc Vidal. Un choix est fait aujourd’hui, mais cela ne remet rien en cause pour la suite.»

Si un certain flou règne dans les buts du TFC, c’est aussi qu’aucun gardien ne s’y est imposé dans la durée depuis le départ de Cédric Carrasso pour Bordeaux, en 2009.