Tarn: Une fonderie créée sous Louis XIV reprise par ses salariés

ECONOMIE Le tribunal de commerce d'Albi a accepté l'offre de reprise de la fonderie Gillet par une partie de ses ouvriers…

20 Minutes avec AFP

— 

Albi, préfecture du Tarn.
Albi, préfecture du Tarn. — Google Map

La fonderie Gillet a été officiellement reprise mercredi par 27 des 41 employés de la société fondée à Albi au dix-septième siècle. Le tribunal de commerce d'Albi a accepté l'offre de ses ouvriers. Ceux-ci avaient décidé de présenter une offre de reprise dans le cadre d'une société coopérative et participative (Scop), à la suite du placement en liquidation judiciaire de leur fonderie en juillet.

Devant le tribunal le 4 novembre, leur avocat Me Christophe Lèguevaques avait assuré que les difficultés de l'entreprise étaient liées à «une mauvaise gestion passée» et qu'elle avait encore bien des clients. L'entreprise fabrique notamment «les pompes utilisées par les pompiers n'importe où en France», avait-il rappelé.

Fournisseur officiel de la monarchie sous Louis XIV

Carole Delga, secrétaire d'Etat au Commerce, à l'Artisanat, à la Consommation et à l'Economie sociale et solidaire a «félicité les salariés de leur démarche». Pour la ministre, «on démontre qu'à travers ces formules comme la Scop il y a des solutions adaptées et pragmatiques». Elle a toutefois souligné que «pour réussir il faut un modèle économique viable permettant de rebondir», ce qui lui semble être le cas dans ce dossier.

L'origine de la fonderie Gillet remonte au temps du roi Louis XIV, quand elle était un fournisseur officiel de la monarchie. Selon son site internet, elle a fabriqué des cloches, des canons ou encore les «colossaux robinets en bronze» du bassin Saint-Ferreol, réservoir d'alimentation en eau du Canal du Midi créé à partir de 1667.

Du matériel ferroviaire aux outils agricoles, en passant par l'armement

Située dans le centre-ville d'Albi, l'entreprise se flatte d'être aujourd'hui l'une des rares fonderies en France à travailler tout à la fois l'aluminium, le bronze et le cupro-aluminium (alliage de cuivre et d'aluminium).

Parmi ses secteurs d'activité, elle cite «le matériel ferroviaire, les manufactures de pneumatique, la motorisation navale, terrestre, aérienne, l'énergie hydraulique, l'armement» ou encore «le matériel agricole».